×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Chefchaouen: 10 bougies pour l’Association de développement local

Par L'Economiste | Edition N°:2704 Le 31/01/2008 | Partager

. 60.000 personnes bénéficiaires. D’autres provinces viséesL’heure est au bilan à l’Association de développement local (ADL), basée à Chefchaouen. Cette association qui vient de fêter ses dix ans d’existence, a présenté la semaine dernière son bilan. Un bilan a priori positif pour cette ONG dont la mission est de faire participer les populations les plus défavorisées au développement. En effet, selon l’association, ce sont pas moins de 60.000 personnes qui ont profité des actions réalisées depuis 1997. «Des actions qui représentent quelque 70 millions de DH», indique Mohamed Sefiani, président d’ADL. Ces populations ciblées sont réparties sur 90 villages appartenant à 16 communes rurales de la province de Chefchaouen et trois autres de Tétouan. Parmi les grands projets qu’ADL a menés, figure celui de la mise en place d’un inventaire des ressources touristiques de la région de Chefchaouen. Publié dans un ouvrage en 2001, le travail a permis de remplir à l’époque un vide en matière d’information des potentialités de la zone. Actuellement, l’association est en train de mener un projet dans le même sens en partenariat avec d’autres acteurs tels que la Fondation Mohammed V et l’Agence de développement social. Il s’agit du renforcement de l’infrastructure de base du tourisme rural et de la valorisation des produits du terroir. Le projet prévoit en premier lieu de mettre en place une plate-forme de concertation sur la question du tourisme rural au niveau de la région. Sur un volet plus pratique, la construction de cinq gîtes d’étape et de plusieurs aires d’accueil est prévue. Des formations pour la qualification des populations concernées sont également au programme. Pour les prochains exercices, l’association veut élargir son champ d’action. Déjà, du rural elle est passée aux zones urbaines de la ville. D’autres bourgades, comme Oued Laou, vont visées. Il s’agit de favoriser des élevages de caprins dans une dizaine de douars afin d’améliorer les revenus des populations. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc