×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Chasse: Pas de quartier pour les braconniers

Par L'Economiste | Edition N°:3379 Le 08/10/2010 | Partager

. Contrôles renforcés et amendes alourdies . Un dispositif pour réguler les prisesPrès de 53.000 chasseurs ont sorti leurs fusils, la semaine dernière, pour une nouvelle saison de chasse qui s’achèvera le 27 février prochain. Sauf pour la tourterelle dont la saison sera clôturée le 25 juin. Cette année, le paquet a été mis pour lutter contre le braconnage, à l’origine de la disparition de nombreuses espèces animales. Lors de la saison précédente, 504 procès verbaux ont été établis contre les contrevenants. La grande partie, soit 57%, a fait l’objet de transactions avant jugement. A noter que la région du Moyen Atlas vient en tête avec 17% des délits. Cette saison, les contrôles seront renforcés et les amendes alourdies. Les chasseurs sont de 5% plus nombreux que pour la saison 2009-2010, selon Hassan Mhenna, chef de division de la cynégétique et de la pisciculture continentale au haut-commissariat aux eaux et forêts. Toutes les dispositions techniques et administratives réglementant l’activité sont restées inchangées par rapport à l’année dernière, selon le responsable du haut-commissariat. A l’exception du quota du gibier à prélever pour le perdreau fixé à 5 contre 4 auparavant. De même, pas de changement au niveau des taxes et des tarifs des licences de chasse. En tout, chaque chasseur devra débourser 1.500 DH pour obtenir le feu vert. Cette année, le département de tutelle a mis en place un gros dispositif afin de réguler et contrôler les prises. Pour une meilleure organisation spatiale des territoires de chasse, un système de jeu de réserves a été mis en place. Il s’agit de réserves permanentes qui s’étendent sur une superficie de 6 millions d’hectares et de réserves temporaires sur 8 millions d’hectares, soit une superficie globale de près de 14 millions d’hectares. Le tarif de location est de 10 DH par ha pour la chasse associative et 12 DH pour la chasse touristique. Les amodiations participent à près de 40% dans l’alimentation du Fonds de la chasse dont le montant réalisé l’année dernière avoisine les 26 millions de DH contre 19 millions en 2005. L’impact généré par les activités liées à la chasse est estimé à près de 750 millions de DH par an.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc