×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Chaouia-Ouardigha
    Industrie: Après l’agro, l’automobile débarque

    Par L'Economiste | Edition N°:2569 Le 13/07/2007 | Partager

    . Une unité de câblage pour servir de lièvre, espèrent les pouvoirs publics. 2,4 milliards de DH investis entre 2003 et 2006Au même titre que le secteur de l¹industrie chimique et parachimique, l¹industrie agro-alimentaire ne cesse de progresser à un rythme de plus en plus croissant. En plus de la diversité qu’il concentre dans la région, le secteur a réalisé 112 projets entre 2003 et 2006. Cela équivaut à 40% des projets industriels durant cette période dans la région. L¹investissement global de 2,4 milliards de dirhams (17,4% du montant d¹investissement industriel global).Le secteur a également permis la création de 6.843 emplois, soit 34% des emplois industriels sur la même période. A noter que l¹activité avicole à l¹échelle régionale assure près de 80% de la production nationale de viandes blanches.Cette offre constitue de ce fait un véritable potentiel aux activités des filières de transformation de la viande de volaille. D’autres produits (céréales, viande rouge, lait, etc.) ainsi que des filières existantes, telles les activités liées à l¹élevage et à la transformation de produits agricoles, peuvent servir de base à une restructuration en grappes de l’industrie agroalimentaire au niveau de la région, et à la création de nouvelles opportunités d¹investissement et d¹emploi dans ce secteur. Une autre source de renforcement de la richesse et de la diversité dans l’agro-industrie régionale résulte de l¹installation récente à Lakhyayta (province de Settat) d¹une unité de conserve de poissons par la Société Silver Food. Ce projet, unique dans la région, a nécessité un investissement de 280 millions de dirhams et débouchera sur la création de 600 emplois. Cette conserverie qui produira 240 millions de boîtes de conserve par an, est l’une des plus grandes unités dans le monde selon ses promoteurs.Parmi les secteurs émergents, l’automobile, notamment la fabrication de composants électriques et électroniques. L¹un des investissements emblématiques engagés dans ce secteur au cours des deux dernières années, aura été l’implantation à Berrechid de la Société Sews Cabind spécialisée dans le câblage automobile dont l’unité a coûté 205 millions de DH. Il emploie actuellement 1.500 personnes. Cette effervescence dans l’industrie régionale n’est pas le fruit du hasard. Outre la contribution des facteurs naturels distinctifs, elle doit beaucoup aux efforts déployés par les intervenants locaux pour préparer un cadre attractif et compétitif, moyennant l¹identification et le ciblage des secteurs porteurs et des véritables opportunités de la région. Entre 2004 et 2005, les instances locales se sont engagées dans une stratégie de diagnostic approfondi du portefeuille d¹activités de la région. Derrière, l’idée était d’accroître la visibilité de la destination et de développer les possibilités de booster l¹investissement dans les secteurs avérés porteurs (textile, agroalimentaire, industrie chimique et parachimique, céramique, automobile, tourisme, etc.). En plus, l¹effort a été également concentré sur la prospection dans les secteurs émergents pour lesquels la Région affiche un potentiel d¹attractivité (NTIC, aéronautique, biotechnologie, logistique, etc.), et de lancer les programmes de formation et de qualification adéquates aux nouvelles exigences du marché.Ainsi, la Vision 2015 qui a été élaborée à l¹issue de cette démarche, s’est fixé parmi les objectifs stratégiques, la création à cet horizon, de 275.000 emplois et l¹amélioration des exportations pour atteindre 60% du PIB industriel régional. Et vu la nécessité de mettre en place des dispositifs d¹accompagnement de la stratégie de développement régional ainsi établie, le Centre Régional d¹Investissement (CRI) s¹est investi en collaboration avec les acteurs locaux, dans un travail laborieux. Il vise d¹une part, à assurer le suivi des actions tracées pour la mise en oeuvre de cette stratégie, et d¹autre part, à lancer une politique de promotion et de communication autour du produit régional. Et aussi à renforcer le réseau de partenariat au sein de la Région, ainsi qu¹avec les intervenants nationaux et étrangers. Cette dynamique sera certainement poursuivie dans le cadre du projet partenariat prévu prochainement entre la Région Chaouia-Ouardigha et le ministère de Commerce et d’Industrie, pour l’integration officielle de la Région dans le cadre du programme émergence pour l’Industrie et le Commerce intérieur du Programme Emergence à l¹échelon régional. Une action qui entend faire profiter la Région, dans un contexte de partenariat avec l¹Etat, des opportunités que suggèrent les secteurs émergents par rapport aux possibilités sectorielles identifiées au niveau régional.


    Finalisation

    La finalisation de cette approche a été le couronnement des travaux de la journée économique de la Région Chaouia-Ouardigha (10 juillet 2007) qui s¹est tenue sous le thème: «La Région Chaouia-Ouardigha et le Programme Emergence». Cette manifestation qui a été présidée conjointement par le ministre de l¹Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie et le wali de la Région Chaouia-Ouardigha, et à laquelle ont pris part des potentialités des secteurs aussi bien privé que public, a constitué une occasion propice pour l¹enrichissement du débat sur les opportunités de la Région et sur les modalités d¹adhésion de celle-ci à cet important programme.


    L’agroalimentaire en quelques chiffres

    - Superficie agricole utile: 1 million d’ha;- Forêts naturelles: 95 431 ha;- Elevage: 1.900.000 têtes (campagne 2005/2006);- Production céréalière: 17 millions de quintaux, soit 20% du national (Campagne 2005/2006);- Production laitière: 60 millions de litres, soit 4,2% du national (Province de Settat, année 2005), dont 22 millions de litres comme quantité usine de collecte du lait;- Secteur avicole très développé (80% de la production nationale). Au niveau de la province de Settat:* 341 unités avicoles;* 4,5 milliards de DH de Chiffre d¹Affaires;* 110 millions de têtes avicoles, avec une valeur de 2,7 milliards de DH; * 730 millions d¹oeufs avec une valeur de 365 millions de DH;* 20.000 emplois directs et 40.000 emplois indirects.Abdallah ECHAKHS

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc