×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Chanson: Dar Dmana en tournée

    Par L'Economiste | Edition N°:2703 Le 30/01/2008 | Partager

    . Un premier concert prévu à Meknès, le 1er février . Amour, paix et immigration au cœur des compositions L’Institut français de Meknès accueille, du 28 au 31 janvier, en résidence d’artistes la formation Dar Dmana. Originaire de Meknès, ce groupe de fusion puise son nom et ses rythmes dans la pure tradition marocaine. Inspiré par les rythmes issaoua, Dar Dmana exprime, selon les membres du groupe, la paix et l’amour à l’image de la zaouia (confrérie religieuse) qui fut jadis connue pour son rôle social. Cette initiative de l’Institut français de Meknès, qui vise la promotion de l’art et l’encouragement des artistes, permettra au groupe de travailler sur scène les titres de son dernier album Ya l’aali. Un concert aura lieu le 1er février au théâtre de l’Institut pour faire découvrir au public meknassi un parcours musical où se mêlent piano, guitare, basse, batterie, bendir, derbouka et tbal issaoui ainsi que rythmes reggadi, gnawi, andalou, chaâbi, latino, funk et jazz «Dar Dmana est un groupe qui ne cesse de travailler ses compositions et ses paroles afin de pouvoir offrir à son public une musique dont il n’oubliera ni les rythmes, ni les paroles», indiquent les membres de Dar Dmana.Le groupe, composé de sept musiciens confirmés, n’en est pas d’ailleurs à son premier spectacle. Il a à son actif, depuis une dizaine d’années, plusieurs concerts et rencontres musicales au Maroc et aux Etats-Unis. Néanmoins, le véritable démarrage de Dar Dmana a eu lieu en 2003 avec l’enregistrement de «Wach baghi tehrag» à Tanger. Là, le groupe chante le désespoir de la jeunesse marocaine. Cet album a d’ailleurs marqué les esprits puisqu’il touche précisément le drame de l’immigration clandestine qui fait des milliers de victimes chaque année sur les côtes de la Méditerranée. Après Meknès, d’autres concerts sont prévus dans les plus grandes villes du Royaume. Les dates n’ont pas encore été communiquées. Rachida BAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc