×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Change: Pourquoi l'euro grimpe

Par L'Economiste | Edition N°:3376 Le 05/10/2010 | Partager

. La monnaie unique grimpe à une vitesse impressionnante . Face à un dollar faible et des réserves de changes qui se diversifientEn un mois, l'euro s'apprécie contre la plupart des devises. En septembre, il a enregistré une hausse de 7,3 %, soit sa plus forte progression mensuelle depuis décembre 2008. L'euro fait donc une nouvelle fois figure de monnaie d'ajustement dans un contexte de dévaluations compétitives au niveau mondial.Une appréciation qui s'explique, entre autres, par une politique de la Fed qui maintient toujours la faiblesse du dollar. La perspective d'une reprise des achats de titres par la Réserve fédérale américaine, ou ce qu'on appelle l'«assouplissement quantitatif» est en effet, le principal facteur à l'origine du revirement de l'euro. Face à une politique américaine d'affaiblissement du dollar, la zone euro semble s'acheminer vers une sortie du dispositif de crise.Pour Antoine Brunet, directeur d'AB Marchés, «jusqu'en juin les mauvaises nouvelles économiques concernant les Etats-Unis profitaient paradoxalement au billet vert car les investisseurs, craignant un ralentissement mondial, avaient tendance à se réfugier face au dollar«.Un autre phénomène vient soutenir l'euro. Les banques centrales diversifient leurs réserves de changes. L'euro offre une alternative de choix, dans la mesure où son marché est très liquide, ce qui est un critère incontournable pour les banques centrales.Par ailleurs, une autre explication aux récents mouvements fait surface. En effet, les économistes de Natixis affirment que, «les Etats-Unis et le Royaume-Uni continuent de mener délibérément des politiques de dépréciation de leur devise, afin de soutenir leurs économies respectives«. De ce fait, l'euro est au plus haut face à la livre sterling depuis février dernier. Quant au yen, malgré les interventions des autorités nippones pour le faire baisser, il évolue toujours au plus haut depuis 15 ans contre le dollar. A ce jour, l'idée d'une manipulation des changes n'est pas encore envisagée, mais elle est dans tous les esprits. Le ministre des finances brésilien lui-même n'a pas caché cette semaine que son pays songeait également à intervenir car sa devise était au milieu «d'une guerre des changes«. M.Az

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc