×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Champ religieux: La réforme se poursuit

    Par L'Economiste | Edition N°:3310 Le 01/07/2010 | Partager

    . Un nouveau code pour gérer les biens du Wakf. Ils sont estimés à 80.000 ha et 48.000 maisons et magasins A l’instar de ce qui se fait dans d’autres domaines, la réforme du champ religieux va se poursuivre avec notamment le renforcement du cadre juridique. Ce sont les propos d’Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, lors d’une conférence de presse organisée, hier à Rabat, pour présenter les trois nouveaux dahirs se rapportant à son département. Le premier, publié en février dernier, concerne le code du Wakf. «Notre objectif est que ce document devienne une référence en matière de réglementation et de gestion du patrimoine des Habous», indique le ministre. «L’ensemble des textes juridiques précédents, depuis le dahir de 1913, sont regroupés dans ce code», explique Taoufiq. Ce dernier rappelle aussi que «le Wakf ne peut pas être dissocié du champ religieux, du fait qu’il contribue au financement de l’œuvre religieuse dans les mosquées, notamment le culte, la science et la vulgarisation de la connaissance». L’objectif de ce code est d’instaurer une bonne gouvernance et une gestion rationnelle des biens des Habous. L’enjeu est de taille. Il faut rappeler que ce patrimoine est constitué de deux composantes principales. D’abord des terres dans le monde rural dont la superficie totale avoisine les 80.000 ha. A cela s’ajoutent près de 48.000 maisons et magasins dans les différentes villes du pays. Le gros du lot est concentré dans les villes de Marrakech, Fès, Meknès et Taounate. Mais le rendement reste modeste, selon le ministre. Ce patrimoine contribue, à hauteur de près de 18%, au budget du ministère qui avoisine les 2 milliards de DH. Donc, le but de ce code est d’apporter des solutions aux problèmes posés auparavant, comme ceux du loyer et les opérations d’échanges que ce soit en nature ou en argent.

    Une fondation pour éditer le Coran
    «Outre la très faible valeur des loyers, une grande partie des locataires retardent le règlement de ces montants modestes», constate le ministre. Selon lui, près de 5.000 dossiers de contentieux sont devant la justice. Par ce texte, le département d’Ahmed Taoufiq ambitionne de simplifier les procédures de loyer tout en optimisant les recettes via la concurrence. Le renforcement du contrôle de la gestion du patrimoine des Habous figure également parmi les apports de ce code. Ce travail sera confié au Conseil supérieur du contrôle des finances des Habous générales. Le président de cette instance sera désigné par SM le Roi. Selon le ministre, tous les efforts seront déployés pour que ce conseil soit opérationnel début janvier prochain. La rencontre du ministre avec la presse a été également une occasion pour présenter deux autres dahirs. Le premier porte sur la création de la Fondation Mohammed VI pour les œuvres sociales des préposés religieux. Le second concerne la création de la Fondation Mohammed VI pour l’édition du Saint Coran. Ce qui va permettre l’impression d’un million d’exemplaires uniformisés par an. Mais cette instance aura également une autre mission. Elle consiste à valider les éditions du Coran produites localement ou arrivant de l’étranger.Nour Eddine EL AISSI
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc