×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Chambres de commerce
Chami veut activer la réforme
DNES à Dakhla, Bouchra SABIB

Par L'Economiste | Edition N°:3410 Le 24/11/2010 | Partager

. Projet d’un parc d’exposition des produits marocains à Dubaï. Quatre conventions au profit de la région Oued Eddahab LagouiraDES conventions ont été enfin conclues mais des problèmes restent à résoudre. Les 28 chambres de commerce, d’industrie et de services «se font du souci» quant à leur statut. Un débat a été engagé, lundi dernier, entre Ahmed Réda Chami, ministre du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, et Driss Houat, président de la Fédération des chambres de commerce, d’industrie et de services (FCMCIS). Objet: activer l’adoption du projet de loi 56-09 régissant lesdites chambres. «Il s’agit d’un nouveau texte qui devrait leur assurer une plus grande autonomie financière, l’élargissement de leurs attributions mais également l’amélioration de leurs ressources», indique Houat. Et d’ajouter que «sa publication reste tributaire de son examen par le Conseil des ministres».La discussion a été déclenchée lors de l’assemblée générale de la FCMCIS tenue cette fois-ci à Dakhla. Neuf points étaient à l’ordre du jour dont un concernant spécifiquement la ville de Dakhla. Aussi, les membres de la fédération ont insisté sur le fait qu’il faut penser à faire de cette ville un pôle régional de compétitivité économique et touristique. «Ce projet nécessite toutefois la création de nouvelles infrastructures de base et la mise à disposition du foncier nécessaire à la réalisation de projets touristiques et la création de zones industrielles», souligne Houat. Par ailleurs, un bilan des projets financés par le fonds dédié aux différentes chambres a été présenté. Ainsi, il a été décidé de renforcer ce fonds dont le montant initial est de 80 millions de DH. Une somme qui concerne la période 2009-2011, mais qui est actuellement épuisée, compte tenu du nombre important de projets proposés par les Chambres et les résultats probants d’une bonne partie des projets déjà réalisés. Dans ce sens, le ministère de l’Economie et des finances s’engage à l’alimenter en injectant un montant supplémentaire de 100 millions de DH devant s’étaler sur une durée de trois ans à compter de 2012. L’objectif est de lancer un maximum de projets créateurs de richesses pour permettre aux chambres de s’autofinancer.Côté ressources humaines, un programme de leur mise à niveau a été validé. Ainsi, il a été décidé de lancer des programmes de départ volontaire et de formation, en plus de la modification du système de rémunération. Un autre projet paraît également intéresser la fédération. Il concerne la création d’une union composée des différentes fédérations des chambres professionnelles (au nombre de quatre). Le but est de créer un cadre de collaboration leur permettant de discuter ensemble un certain nombre de missions ou de projets communs. «Cela pourrait être le cas d’un accueil de délégations étrangères, d’un dialogue social, d’une participation à des foires et expositions…», explique Houat. Pour sa part, Hassan Berkani, président de la Chambre de commerce, d’industrie et de services de Casablanca, a proposé un projet ambitieux. Il s’agit de la création d’un parc d’exposition dans la ville de Charika à Dubaï et qui devrait servir de foire permanente dédiée aux produits marocains. La proposition a séduit l’ensemble des membres de la fédération, puisqu’un terrain est offert gratuitement au Maroc. Reste la question du financement. Pour cela, la fédération a proposé de faire éventuellement appel à plusieurs institutions et organismes.


Booster le Sud

QUATRE conventions viennent d’être signées à l’issue de l’assemblée générale de la FCMCIS. Parrainées par Ahmed Réda Chami, ces conventions concernent toutes les provinces du sud et particulièrement la région d’Oued Eddahab- Lagouira. Ainsi, une convention-cadre de partenariat a été conclue avec l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du sud pour la réalisation d’un «projet de modernisation du commerce de proximité» dans ces provinces, et ce, dans le cadre du plan Rawaj (Vision 2020). Un accord similaire mais spécifique à la région d’Oued Eddahab-Lagouira a été passé entre le département de Chami, l’Agence dédiée aux provinces du sud, la wilaya et la CCIS d’Oued Eddahab-Lagouira et l’ANPME. Le programme, objet de cette convention, porte, en outre, sur la réalisation de formations au profit des commerçants de la région ainsi que l’acquisition des équipements professionnels nécessaires à l’amélioration de leurs activités. Toujours concernant la même région, un autre accord a été conclu avec le ministère de l’Economie et des finances, la wilaya, l’Agence urbaine d’Oued Eddahab-Lagouira et l’ANPME. Il porte sur la réalisation d’une étude relative au «schéma régional de développement du secteur du commerce et de la distribution». La dernière convention est spécifique puisqu’elle concerne particulièrement Bir Gandouz, province d’Aousserd. Les signataires sont le ministère du Commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, la province d’Aousserd et l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du sud. L’objectif de cet accord est d’élaborer les études nécessaires à la réalisation d’une plateforme commerciale à Bir Gandouz permettant, entre autres, la promotion des exportations vers l’Afrique.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc