×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

CGI: Déjà + 60,82%!

Par L'Economiste | Edition N°:2593 Le 22/08/2007 | Partager

. La nouvelle cotée continue d’exciter les investisseurs. Cinq séances et cinq réservations à la hausseDepuis son introduction à la cote le 10 août dernier, le titre CGI a monopolisé l’attention de tous les opérateurs boursiers. Il a concentré l’essentiel des transactions sur le marché de blocs. Ce scénario était d’ailleurs attendu des analystes financiers. «Ce qui est vraiment étonnant dans cette IPO, c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’un engouement de la part des institutionnels, dont le taux de satisfaction a été très faible, mais également de l’appétit des particuliers qui ne cesse de grandir», précise un analyste de la place. «…Et ils ont raison, la Compagnie générale immobilière s’est dotée des moyens de ses ambitions dans un secteur en plein essor au Maroc», poursuit-il. Toute nouvelle introduction de la même ampleur aurait-elle connu un engouement similaire? En tout cas, le succès de l’introduction à la Bourse de Casablanca de la CGI suffit à démontrer la soif inextinguible des investisseurs aussi bien domestiques qu’étrangers, résidents ou non.Rien d’étonnant donc à ce que la valeur s’empare du marché de blocs dans le cadre d’opérations stratégiques: 1.595.946 titres ont transité par ce marché, soit quasiment la moitié du flottant en Bourse, avec un bonus variant entre 20 et 50%. Ce qui démontre clairement la confiance de cette catégorie d’investisseurs (public initié) qui connaissent bien le potentiel de la société. «Son avenir est rose: la CGI a beaucoup de projets en cours, dont des partenariats sérieux avec de grands investisseurs étrangers. Les perspectives de bénéfices sont très attrayantes…», affirme avec enthousiasme le gérant de portefeuille d’une compagnie d’assurances. Les petits porteurs, contrairement à leur comportement de spéculateurs lors des introductions précédentes, ne se sont pas portés vendeurs cette première semaine. Au contraire, ils veulent encore acheter et conserver la valeur le plus longtemps possible. «Je ne vais pas me faire avoir et vendre tôt comme la dernière fois», affirme un gros particulier faisant allusion à Addoha. La filiale immobilière de CDG Développement, après avoir vu son titre valorisé à l’unanimité, en haut de la fourchette, doit se réjouir du succès de son parcours en Bourse. En effet, depuis sa première cotation, la valeur s’est envolée de 60,82% et la Bourse avait forcé le titre à deux reprises sans que cela puisse décourager la demande. Et à chaque fois que la cotation est forcée, la CGI est réservée à la hausse, car la demande reste largement supérieure à l’offre. Du coup, le poids de la CGI dans l’indice de toutes les valeurs Masi Flottant a grimpé pour représenter 4,02% contre seulement 2,73% il y a une semaine.En dehors de la semaine d’excitation qui a suivi l’introduction de la CGI, la morosité et l’attentisme ont plané sur les transactions boursières sur le marché central.Said MABROUK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc