×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Ces filles qui ne connaissent pas l'école…

Par L'Economiste | Edition N°:1537 Le 11/06/2003 | Partager

. D'après la Fondation Zakoura, 60% des filles rurales sont exclues de l'enseignementLa Fondation Zakoura a un ambitieux programme d'alphabétisation. Ainsi, un plan spécial d'éducation non formelle a été établi pour répondre aux besoins de scolarisation des enfants âgés de 8 à 16 ans en milieu rural. La Fondation a aussi associé à son programme scolaire d'autres activités de développement complémentaires comme la sensibilisation en matière de santé ou d'hygiène de l'eau. Ainsi, depuis la création de ce programme, 221 écoles ont vu le jour, permettant la scolarisation de 11.854 enfants. Les écoles de la Fondation ciblent surtout les filles, «les plus défavorisées dans le système éducatif officiel«, selon le rapport d'activité 2002. Ainsi, 60% des filles rurales ne connaissent pas l'école. Les enfants âgés de 8 à 14 ans représentent 89% de l'ensemble des élèves de Zakoura. «Cette tranche d'âge est la plus ciblée car ces jeunes ont plus de chance de poursuivre leurs études«. La moyenne des élèves par école est de 54, répartis en deux groupes. Ce résultat représente une évolution d'un point par rapport à 2001 où la moyenne était de 53. La moyenne d'absence quotidienne enregistrée par les écoles Zakoura durant 2002 est de 2,7 enfants par école. Les élèves s'absentent beaucoup pendant les saisons agricoles et les Moussems. Aussi, les vacances des écoles coïncident autant que possible avec les saisons qui nécessitent la mobilisation des enfants dans le travail agricole. Quant au taux des enfants contraints de quitter les bancs des écoles, il est de 7% de l'effectif total.Les raisons majeures de cet abandon sont l'emploi loin du village (33%), le déplacement vers la ville ou une autre région (24%) et le mariage précoce des filles (12%). Comme le rapport l'indique, les parents sont aussi des partenaires. Chaque mois, une réunion de parents d'élèves est organisée, afin de les informer des résultats de leurs enfants. Dans ces réunions, l'entretien des écoles et l'absence des élèves sont également abordés. La moyenne de participation, selon le rapport, est de 18 parents par réunion et par école. Ce qui représente une évolution de deux points par rapport à l'année précédente.En 2002, 42 écoles ont pu terminer le cursus de l'éducation non formelle de trois ans. 85% des élèves qui ont bouclé le cycle en 2002 ont réalisé des résultats satisfaisants. 11% ont eu un niveau moyen et 4% n'ont pas pu atteindre le seuil de réussite, à savoir avoir accès à la 4e année primaire après 3 ans de scolarisation.


Deux exemples de réussite

Noura Saâdaoui a 14 ans. Quand la Fondation Zakoura a ouvert une école dans son douar El Koudia, dans la région d'Oulad Tayma, elle ne savait ni lire ni écrire. Après un brillant parcours dans l'école Zakoura, Noura passe avec succès l'examen de 6e année et intègre le collège. En juin 2000, elle termine la 7e année de l'enseignement fondamental avec une moyenne de 16,6. Elle est major de son collège. Hanane avait 8 ans en 1998. Elle est sourde et muette, et a besoin d'une école spécialisée. Elle intègre l'école Zakoura qui a ouvert à Douar Lahraout dans la région d'El Jadida. Elle apprend à lire à travers le mouvement des lèvres et poursuit un cursus scolaire comme tout enfant normal. En juin 2002, elle décroche le certificat d'études primaires, et en septembre 2003, elle intégrera un collège adapté. H. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc