×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Ces eurodevises qui ont préparé l'Euro

Par L'Economiste | Edition N°:454 Le 02/03/1999 | Partager

Les marchés des eurodevises ont préparé l'arrivé de l'Euro. Ils continuent de survivre jusqu'à ce que toutes les monnaies adhèrent à l'Euroland, ou que l'Euro s'impose au Dollar. Ils étaient établis, au départ, pour surmonter les restrictions des marchés internes, aujourd'hui largement libéralisés.

Les marchés des eurodevises se réfèrent aux opérations financières libellées en une monnaie autre que celle du pays d'accueil. Ainsi, un prêt ou un dépôt bancaire en eurodollars est libellé en Dollars mais effectué en dehors des Etats-Unis.
Le préfixe "euro" est adopté parce que ces opérations, appelées parfois opérations "Off-shore", sont originaires de l'Europe. Londres est le principal centre d'eurodevises. Aujourd'hui, près de la moitié des opérations en eurodevises ne sont pas conclues en Europe, mais dans des centres régionaux comme Hong-Kong, Singapour ou certains pays des Caraïbes et à un degré moindre New York et Tokyo. Le Dollar US est la principale eurodevise, suivi par le Yen et le Mark allemand, ce qui reflète leur rôle dans les domaines des finances et du commerce international. En Allemagne, durant l'inflation qui a succédé à la Première Guerre mondiale, les opérations de banque étaient limitées au Dollar et à la Livre sterling, c'étaient les devises dominantes à l'époques. Le réseau international moderne des opérations en eurodevises s'est développé dans les années 60, après la levée du contrôle des opérations de changes, imposée par les pays de l'Europe de l'Ouest en 1958. Près de 80% des opérations bancaires internationales sont effectuées en eurodevises. En plus, les marchés actifs ont évolué en ce qui concerne les émissions de valeurs en eurodevises, comme les euro-obligations, les euro-actions et les euro-effets de commerce.

L'avantage des opérations en eurodevises
Le développement des euromarchés était principalement une manière d'éviter les différents coûts et restrictions des bourses et des systèmes bancaires internes, dont les plafonds des taux d'intérêt, les restrictions imposées aux investissements étrangers aux Etats-Unis et l'interdiction, en 1957, de l'utilisation des prêts bancaires en Livres sterling pour financer des transactions conclues entre des pays étrangers au Royaume-Uni.
Aujourd'hui, les exigences imposées par les banques centrales dans certains pays sur les réserves, qui ne produisent pas d'intérêts dans les banques internes, sont les principaux facteurs qui favorisent les opérations bancaires en eurodevises. Mais ces derniers ont continué à se développer grâce à leurs multiples avantages.
On peut citer parmi ces avantages:
- la possibilité pour un client d'effectuer une opération en devise étrangère avec une banque locale sans recourir à une banque étrangère;
- la possibilité de travailler dans n'importe quel pays et à n'importe quelle heure;
- le regroupement des prêts de plusieurs banques sous forme de syndication (95% des prêts des banques internationales syndiquées sont en eurodevises);
- la diminution des impôts dans certains centres;
- la possibilité de séparer les devises des risques politiques (l'ex-URSS a préféré garder ses dépôts en Dollars, en dehors des Etats-Unis, durant les années 50 et 60).

Les autres facteurs de croissance des eurodevises
Certains facteurs spécifiques influencent, de temps à autre, le rythme de croissance des opérations effectuées en eurodevises. La brusque augmentation des cours de pétrole, en 1973 et en 1979-80, avait provoqué un excédent de la balance des paiements des pays exportateurs de pétrole. Ils ont investi ce surplus en dépôts bancaires en Dollars, généralement en dehors des Etats-Unis. Mais cette phase d'expansion a pris fin avec le moratoire des créances mexicaines en 1982.
Une explication possible de la croissance des opérations bancaires en eurodevises a été fournie depuis 20 ans, mais elle ne recueille pas l'unanimité. Les opérations en eurodevises favorisent un processus d'augmentation significative des crédits. Le transfert des dépôts internes vers les marchés des eurodevises permet en effet une multiplication de la valeur de ces dépôts.
Un autre point de vue plus moderne indique par contre que ces opérations génèrent peu de profits. L'existence des marchés des eurodevises n'exclut pas la possibilité, pour les banques centrales, d'exercer un contrôle sur les taux d'intérêt. Les réserves monétaires ou les indicateurs sont souvent définis en termes de dépôts internes; le mouvement des dépôts en eurodevises, qui peuvent se substituer aux dépôts internes, complique l'interprétation des situations monétaires.
Les opérations bancaires en eurodevises sont, en grande partie, effectuées en fonction des devises perçues et des risques relatifs aux taux d'intérêt. Les opérations interbanques jouent un rôle plus important que les banques internes. Ainsi, le volume des opérations "brutes" en eurodevises est peut-être trois fois plus important que le volume des opérations "nettes" effectuées par les clients des non-banques (institutions financières fonctionnant comme des banques, mais sans en offrir tous les services).

Les avantages des marchés des eurodevises
Le développement des marchés des eurodevises a facilité l'accès des entreprises aux marchés des prêts et diminué le coût des emprunts et des taux d'intérêt. Même les petites entreprises peuvent exploiter les marchés des eurodevises à travers leur banque. Elles peuvent emprunter aux marchés qui leur semblent les plus avantageux et échanger leurs fonds contre la monnaie de leur choix.
La concurrence des marchés des eurodevises a contribué à briser les cartels formés par les marchés nationaux en faveur des emprunteurs. Les marchés des eurodevises ont facilité les opérations de financement international et réduit les différences de taux d'intérêt réels entre les pays. Ils ont joué un rôle important pour la création d'un marché international des capitaux favorisant la croissance économique mondiale.

Traduction : Aziza El Affas
L'Economiste


Les euro-obligations


Aujourd'hui, près de la moitié des prêts internationaux sont sous forme d'émissions obligataires, 80% de ces obligations sont sous forme d'euro-obligations.
Le terme "euro-obligation" désignait, à l'origine, les obligations libellées en une monnaie autre que celle utilisée dans le pays d'accueil de la transaction. Aujourd'hui, le terme s'applique également aux émissions opérées par des bailleurs de fonds étrangers, à travers les syndicats d'investisseurs, en adoptant la monnaie du pays d'accueil. Les euro-obligations sont souvent non garanties et à intérêt fixe.
Le développement initial des euro-obligations était, comme pour les opérations bancaires en eurodevises, une réaction aux restrictions et aux coûts des émissions d'obligations étrangères effectuées en monnaie nationale.
En effet, les euro-obligations ne sont pas enregistrées en tant qu'obligations "au porteur"; les taxes ne sont pas généralement retenues sur ces obligations et elles offrent en plus certains avantages fiscaux. Mais les inconvénients des obligations en devise nationale ont diminué pour une raison ou pour une autre.
Malgré l'amélioration des marchés nationaux des obligations, la part des émissions d'euro-obligations sur les marchés internationaux continue à augmenter. Elle est passée de 20% en 1980 à plus de 40% en 1993. Les euro-obligations constituent aujourd'hui les trois quarts du stock total des obligations internationales. Cette augmentation a été favorisée par la normalisation des dispositions relatives aux émissions obligataires (formulaires, paiement des intérêts et accords de compensation), ce qui entraîne une réduction du coût des émissions.
Le marché des émissions d'euro-obligations est un marché flexible et compétitif. Il permet de contourner les coûts excessifs des marchés réunis en cartels, tels que les marchés français, allemands et suisses, et des marchés bien réglementés comme ceux de New York et de Tokyo.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc