×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Certification: Le Maroc à la traîne

    Par L'Economiste | Edition N°:636 Le 11/11/1999 | Partager



    · Près de 500 normes sont produites annuellement
    · La normalisation sera également à l'ordre du jour lors de la conférence de l'OMC à Seattle


    Quel est le point commun entre le club anglais de football "Chelsea" et le gouvernement malaisien? Réponse: la mise en place d'une démarche qualité aboutissant à une certification ISO 9000.
    Au Maroc, adopter des normes internationales par un quelconque club de football ou par l'équipe Youssoufi relève aujourd'hui de l'utopie. Car ni dans l'un ni dans l'autre, le management intégré de la qualité ne figure en tête de liste de leurs objectifs.
    Mais indéniablement, c'est au sein du service public que l'instauration de ce système est plus douloureuse à mettre en place. Si dans le secteur privé, la qualité signifie la satisfaction du client, dans le public, elle concerne au premier chef le citoyen. Cela signifie donc une absence de retard dans la délivrance de certificats de naissance ou de résidence, donc moins de goulots d'étranglement... et donc moins de moqadam...
    En attendant, le monde entrepreunarial, lui, est dans le collimateur. Les rapports entre grand donneurs d'ordre (des pays développés) et sous-traitants (des pays en voie de développement) ont totalement changé. Les premiers ne se contentent plus de lancer des appels d'offres internationaux pour choisir leur fournisseur, ils procèdent d'abord à une première sélection via la certification. Les quelques entreprises marocaines qui ont mondialisé leur production en sont convaincues. Mais pour celles qui l'auraient oublié, des organismes comme le très sérieux Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis sont là pour le rappeler.
    Aujourd'hui, seulement quelques entités marocaines sont certifiées selon le référentiel ISO 9000. Le nombre de normes marocaines, quant à lui, n'est pas important. Jusqu'à fin novembre dernier, la Direction de la Normalisation et de la Promotion Qualité au sein du Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat a comptabilisé environ 2.000 Normes contre 300.000 actuellement au niveau international. En fait, si ce chiffre (2.000) est plutôt faible, il a marqué toutefois une progression importante: il s'établissait à 473 en 1990.
    La Direction de la Normalisation et de la Promotion Qualité considère ce chiffre comme une avancée et table d'ici 3 ou 4 ans sur 1.000 normes par an, ce qui représente la moyenne de la production mondiale, au lieu de 500 actuellement. Moins d'un mois avant le cycle du millénaire de l'OMC à Seattle prévu pour le 30 novembre, le Maroc est appelé à relever un défi encore plus important en matière de généralisation des normes internationales de la qualité.
    Il devra ratifier, dans le chapitre des services, les accords sur les "obstacles technico-commerce" qui stipulent les nouvelles exigences des normes internationales. Autrement dit, la globalisation passe également par la qualité.

    Hassan BOUCHACHIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc