×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Céréales: Un agro-économiste américain expose les perspectives mondiales

    Par L'Economiste | Edition N°:653 Le 06/12/1999 | Partager

    · Contrairement aux projections des courants alarmistes, le monde ne connaîtra pas de pénurie des matières premières

    · A court terme, la hausse de l'offre mondiale entraîne une chute des prix



    "Pas de pénurie de céréales". C'est en tout cas ce qu'a affirmé le Dr Paul Aho, un agro-économiste américain, lors d'un séminaire sur la situation et les perspectives sur le marché du maïs et du soja(1). Cette thèse vise ainsi à contrebalancer le scénario-catastrophe qui avait été avancé dès les années 1970 devant le trend baissier de la production mondiale de céréales au début des années 1990, en raison des limites des terres agricoles, des réserves en eau et de la technologie.
    Selon cet expert en agro-alimentaire, cette vision n'a pas de chances d'aboutir, puisque aussi bien les Etats-Unis que la Chine et l'Argentine disposent de terres non utilisées. De plus, le ralentissement de la croissance démographique conjugué aux nouvelles méthodes technologiques, notamment la biotechnologie, font envoler la production mondiale de céréales, particulièrement celles du soja et du maïs. D'ailleurs, depuis 1996 la tendance est à la hausse.
    Parallèlement, la demande mondiale de viandes a dégringolé, entraînant une chute exceptionnelle des prix. Selon le Dr Aho, cette régression s'explique par le ralentissement de l'économie mondiale. La consommation mondiale des céréales secondaires dont le maïs, durant ces trois dernières années, n'a pas dépassé les 870 millions de tonnes. Parallèlement, l'offre a été plus importante chaque année en raison de l'augmentation de la production et des stocks de clôture.

    Selon les projections du Département Agricole américain, les prix seront encore plus bas l'année prochaine. Pour le maïs, les cours à Chicago avoisineraient les 71 Dollars la tonne contre 77 cette année. Même scénario pour les graines oléagineuses dont le soja. La production devrait atteindre le chiffre record de 297 millions de tonnes pour la campagne 1999-2000. Toutefois, une hausse des prix est plus probable. Pour le soja, les cours devront grimper à 184 Dollars la tonne, contre 176 Dollars cette année. Les cadres du Département Agricole américain s'attendent en effet à un accroissement des importations chinoises.
    Source de protéine et de lipides, la graine de soja représente 55% des protéines utilisables dans l'alimentation des animaux, notamment de poulet. Cette moyenne peut atteindre les 75% dans la région méditerranéenne. Au Maroc, elle permet de remplacer la farine de poisson au cas où celle-ci connaît une hausse des cours.

    Malika EL JOUHARI

    (1) Ce séminaire a été organisé le 1er décembre à Casablanca par l'association américaine de soja en partenariat avec le Conseil américain des céréales et le Bureau de l'attaché agricole à Rabat.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc