×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Céréales: Pas de crise alimentaire en vue

Par L'Economiste | Edition N°:3358 Le 09/09/2010 | Partager

. Il faut toutefois stabiliser les marchés, selon la FAO IL n’y a pas de risque de réédition de la crise alimentaire de 2007/2008, mais le G20 doit prendre des mesures pour stabiliser les marchés de céréales. «Les fondamentaux du marché sont sains et très différents de ceux de 2007/2008. Nous ne pensons donc pas que l’on va vers une nouvelle crise alimentaire», déclare Hafez Ghanem, directeur général adjoint au développement économique et social de la FAO, dans un entretien paru sur le site internet de l’organisation.Malgré le déficit de production de blé en Russie, la récolte de céréales a été la troisième plus importante à ce jour et les stocks sont élevés. En ce qui concerne la situation globale de l’offre et de la demande, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. «Les choses pourraient toutefois changer si l’offre subit un nouveau choc, dû, par exemple, à d’autres conditions météorologiques néfastes, ou si les politiques gouvernementales se traduisent par un regain d’anxiété sur le marché, provoquant des achats de panique...», avertit Ghanem.D’après Ghanem, les marchés risquent de «devenir encore plus instables» dans les années à venir, en raison de l’importance grandissante de la région de la mer Noire comme producteur de céréales avec de fortes fluctuations des récoltes selon les saisons, la multiplication attendue des événements climatiques extrêmes et le poids croissant «d’intervenants non commerciaux» sur les marchés de matières premières.Dans ce contexte, la FAO juge que la communauté internationale, peut-être sous l’égide du G20, «pourrait étudier comment affronter une instabilité accrue» de ces marchés.Les objectifs à poursuivre seraient d’»améliorer la réglementation, la transparence (des marchés) et établir des niveaux de réserves d’urgence appropriés», selon Ghanem.La réunion convoquée le 24 septembre prochain par la FAO à Rome «n’est pas une session d’urgence» et permettra surtout aux Etats membres d’exposer les politiques qu’ils ont mises en place depuis la crise.M. Az

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    reda[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc