×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Céréales: La FAO s'inquiète de la baisse de la production mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:574 Le 17/08/1999 | Partager

· La production céréalière devrait baisser de 1,3% par rapport à l'an dernier

· Il faudra puiser dans les stocks mondiaux pour assurer l'équilibre alimentaire de la planète


La FAO (Organisation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture) tire la sonnette d'alarme. Selon les dernières estimations de l'Organisation(1), la production céréalière mondiale en 1999 devrait s'établir à 1,858 milliard de tonnes, soit 1,3% de moins que l'an dernier. Etablies sur la base des cultures sur pied et en supposant qu'il n'y ait pas d'intempéries pendant le reste des campagnes agricoles,
les prévisions des experts de la FAO font état d'une légère détérioration des disponibilités pour la prochaine campagne 1999/2000. Si ces prévisions se matérialisent, la production céréalière ne permettra pas de satisfaire les besoins de consommation escomptés qui s'élèveront à 1,885 milliard de tonnes. Il faudra donc puiser dans les stocks mondiaux (qui baisseront de 7% à 315 millions de tonnes pour rétablir l'équilibre.

Détérioration


Afin d'éviter donc une détérioration de la situation de l'offre et de la demande céréalières en 2000/2001, la production devra augmenter de manière considérable au cours de l'an 2000 pour retrouver un niveau au moins égal à celui des besoins de consommation.
Les approvisionnements alimentaires demeureront difficiles dans de nombreux pays en développement pour diverses raisons: troubles civils (Afrique, Yougoslavie...), mauvaises conditions météorologiques (sécheresse en Afrique, mousson en Asie...).
Concernant les échanges mondiaux de denrées céréalières, ils devraient se chiffrer autour de 212 millions de tonnes, soit 5 millions de plus que le volume initialement avancé par l'Organisation. Cette hausse est imputable pour l'essentiel aux expéditions de blé qui devraient progresser de 5% pour s'établir à environ 100 millions de tonnes.
Comme au Maroc, la demande d'importations de blé devrait augmenter dans plusieurs pays d'Asie où l'on prévoit un recul de la production. En ce qui concerne les céréales secondaires, le volume des échanges mondiaux ne devrait guère varier pour la quatrième année consécutive. Les importations de céréales secondaires s'établiront à 92 millions de tonnes, contre 91 millions l'an dernier.

Chute des cours


La consommation de céréales, quant à elle, devrait être de 1.885 millions de tonnes, soit une augmentation d'à peine 0,4% (hausse de 0,6% l'année précédente) et ce, malgré les cours relativement bas et une offre importante. La consommation alimentaire directe de céréales devrait progresser au même rythme que la population, note la FAO.
Bonne nouvelle pour les importateurs marocains de blé, les cours mondiaux ont encore fléchi ces deux derniers mois. A fin mai, le blé n°2 des Etats-Unis Hard Red Winter était coté à 111 Dollars FOB (l'équivalent de 1.043 DH), soit une baisse de 8 Dollars la tonne par rapport au mois de mars et de 17 Dollars la tonne par rapport à l'an dernier.


Les prévisions pour le Maroc


Les récoltes de blé sont toujours en cours. Selon les prévisions des experts de la FAO, la récolte de blé du Maroc ne devra pas dépasser les 2,3 millions de tonnes, soit quelque 50% en dessous des chiffres de 1998 et à peu près au niveau de la récolte de 1997 qui avait souffert de la sécheresse. Cette baisse est imputable notamment à la faiblesse des pluies et à la réduction prononcée des emblavures. De même, les experts FAO ont remarqué une chute des ventes de semences de qualité et d'engrais, ce qui laisse présager une baisse des rendements.
La sécheresse a, comme pour le blé, compromis la récolte d'orge d'hiver, qui devrait baisser de 40% par rapport à 1998. Avec ces chiffres, la récolte totale de blé en Afrique du Nord devra baisser de 8% par rapport à 1998 pour s'établir à 13 millions de tonnes.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc