×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Céréales: Bon niveau, pour l'instant

    Par L'Economiste | Edition N°:1724 Le 12/03/2004 | Partager

    . Au 5 mars, 5,3 millions d'ha semésUne bonne nouvelle pour la céréaliculture. Il y aura de la pluie ce week-end. Des perturbations climatiques sont attendues: des nuages et des pluies sont prévues pour la nuit du vendredi 12 et la journée du samedi 13 mars, selon un communiqué de la direction de la Météorologie nationale. Déjà, les pluies enregistrées récemment, du 19 février au 2 mars, ont mis du baume au coeur des agriculteurs. Ces précipitations ont eu un revirement positif sur l'état végétatif. Toutefois, l'évaluation de la situation ne peut se faire que d'ici une dizaine de jours, précise un responsable au ministère de l'Agriculture. Il se pourrait que des rafales de Chergui et une baisse des températures conjuguée à la gelée faussent tous les calculs. Donc, la campagne céréalière reste tributaire de la clémence du ciel. Au 5 mars, la superficie totale, semée en céréales d'automne, a atteint près de 5,3 millions d'hectares, soit le même niveau que celui de la campagne précédente. C'est ce qui ressort du dernier bilan établit par le ministère de l'Agriculture sur l'état d'avancement de la campagne agricole.Si au niveau de l'irrigué, l'état végétatif est relativement bon, le bour reste tributaire des conditions climatiques. En gros, les superficies emblavées en céréales présentant un état végétatif bon qui serait de l'ordre de 42% de la superficie totale. Alors que les superficies à état végétatif médiocre représentent 17%. Par ailleurs, la vente des engrais a totalisé 697.000 tonnes, soit une hausse de 9% en comparaison avec la campagne précédente et de 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. . Hausse des exportationsAu niveau des légumineuses alimentaires, la superficie ensemencée s'élève à 307.000 hectares. Elle est composée de fèves (158.000 ha), de petits pois (65.000), de lentilles (64.000) et du pois chiche (20.000). Par contre, au niveau des cultures sucrières et plus particulièrement la betterave à sucre, la superficie semée s'est inscrite en baisse de 9% pour se situer à 58.700 hectares. La principale raison évoquée par le ministère serait les perturbations des semis dues aux fortes précipitations enregistrées en début de la campagne. Au 5 mars, la campagne d'usinage de la canne à sucre, dont les estimations de production seraient de l'ordre de 992.000 ha, a atteint 129.000 tonnes. Pour la même période, le cumul pluviométrique moyen a atteint un record de 299 mm. Ainsi, les réserves en eau des barrages à usage agricoles ont avoisiné 8,7 milliards de mètres cubes. Ce qui s'est répercuté positivement sur le taux de remplissage des barrages qui s'est établi à 67%.Concernant les cultures d'exportation, les primeurs ont affiché une augmentation de 21% pour se situer à 266.000 tonnes. Ainsi, les exportations de tomates sont en hausse avec 160.000 tonnes. Cette performance peut s'expliquer par les répercussions de l'accord intérimaire conclu avec l'UE, principal débouché, qui prévoit une augmentation des quotas jusqu'à atteindre 190.000 tonnes. Même performance pour les légumes et fruits divers dont les exportations ont augmenté de 31%. En revanche, les pommes de terre sont en recul. De même pour les agrumes, dont les expéditions ont affiché une baisse de 13%. Mohammed EL HARRATI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc