×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Céréales : 80 millions de quintaux attendus

    Par L'Economiste | Edition N°:3310 Le 01/07/2010 | Partager

    . Dont près de la moitié en blé tendre . Les premiers résultats d’agrégation concluants C’est confirmé. La récolte céréalière atteindra, comme annoncé fin avril, au moins le volume de 80 millions de quintaux. Niveau, certes en baisse de 22% par rapport à la moisson record de 2008/2009 qui s’est élevée à près de 102 millions de quintaux mais néanmoins en augmentation de 31% par rapport à la moyenne des 5 dernières campagnes. «Celle-ci se situe aux alentours de 61 millions de quintaux», indiquent les statistiques de l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL).La ventilation de la production par espèce fait ressortir l’importance du blé tendre dont la récolte attendue est de l’ordre de 38 millions de quintaux contre 43 millions réalisés l’année dernière. Le blé et l’orge se partagent le reste avec respectivement 17 et 25 millions de quintaux. Les superficies semées sont essentiellement localisées dans la Chaouia-Ouardigha, Doukkala-Abda, Al Haouz, Fès-Saïss et l’Oriental. En tout, les emblavements ont concerné près de 4,5 millions d’ha en diminution de 8% par rapport à la saison précédente. Mais les travaux du sol ont été menés mécaniquement à hauteur de 96%. De plus les ventes de semences sélectionnées ont réalisé cette année un record jamais connu par le passé. Elles ont dépassé la barre de 900.000 quintaux, soit une hausse de 42% en comparaison avec la moyenne des 5 dernières années. Cela sous l’effet de l’aide consentie par l’Etat. Cette année, la subvention des semences du blé tendre est de 150 DH/ql au lieu de 130 en 2008/2009. Elle s’élève à 135 DH/ql pour le blé dur. Ce sont donc ces ingrédients qui ont contribué à la récolte attendue malgré les pertes dues aux intempéries et les ratés de semailles dans certaines zones. Sans oublier bien évidemment l’importance du cumul pluviométrique enregistré cette année. Mieux encore, les résultats de certains projets d’agrégation s’avèrent d’ores et déjà concluants. «Celui d’Atanmia Filahia a enregistré un rendement de 49 quintaux/ha», a signalé, mardi dernier, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, qui effectuait une visite dans la zone de Settat-Berrechid où est implanté le projet. Et les analyses effectuées ont révélé que la qualité du blé produit est largement supérieure à la norme établie par la tutelle. «Le poids spécifique est en moyenne de 80,5 kg par hectolitre (le maximum étant de 85 kg/hl). Par ailleurs, la campagne de collecte se déroule dans des conditions jugées satisfaisantes. Valeur fin juin dernier, le volume collecté a atteint 8,2 millions de quintaux essentiellement de blé tendre. Sur ce volume, la région de Fès-Boulemane occupe, comme à l’accoutumée, la première place avec 30% de la collecte globale de blé tendre. Elle est suivie de la Chaouia-Ouardigha qui doit réaliser cette année une récolte record. Mais cela n’a apparemment pas impacté les niveaux des prix affichés. Du moins celui fixé pour le blé tendre. Selon l’Onicl, ce niveau de prix est quasiment réglé par les minoteries industrielles et les organismes stockeurs. Sur les souks et les halles aux grains, la fourchette se situe entre 240 et 285DH/ql pour le blé tendre. Elle passe à 250/315 pour le blé dur et à 150-210 DH/ql pour l’orge. A noter que les principales mesures prises par le gouvernement pour assurer un bon déroulement de la commercialisation ont trait à la garantie d’un prix référentiel du blé tendre fixé à 280 DH/ql pour une qualité standard, rendu moulin et incluant toutes taxes, charges et marges. Ce prix est aussi assorti d’une prime de magasinage de 2 DH/ql/quinzaine pour toute la quantité de blé tendre collectée jusqu’au 30 septembre 2010 et d’une subvention forfaitaire de 20 DH/ql au profit des minoteries et organismes stockeurs.


    Objectifs

    Le plan céréalier retenu par le gouvernement se fixe pour objectifs de gagner en productivité tout en réduisant les superficies. De 5,3 millions d’hectares en moyenne, les superficies emblavées en céréales seront ramenées à 4,2 millions d’ici l’horizon 2020. Parallèlement, la production devrait augmenter de 15 à 25 millions de quintaux. Le volume escompté à l’amont devrait générer un chiffre d’affaires d’environ 15 à 20 milliards de DH. Parallèlement, la valeur des importations sera limitée à moins de 5 milliards de DH/an au lieu de 6 milliards réalisés ces dernières années.Aziz GHOUIBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc