×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Céréales: 11,2 millions de quintaux en stock au 15 septembre

    Par L'Economiste | Edition N°:608 Le 04/10/1999 | Partager

    · Les disponibilités en blé tendre permettent la couverture des besoins de la minoterie à hauteur de 3 mois d'écrasement

    La commercialisation de la récolte 1999 se poursuit. Elle a atteint au 15 septembre 7.110.051 quintaux, dont 98% de blé tendre.
    Comme à l'accoutumée, les commerçants constituent les intervenants les plus actifs sur le marché du blé tendre. En effet, durant les trois dernières campagnes leur part n'a jamais été inférieure à 60%.
    Avec 23,4% de la collecte, les coopératives améliorent leur intervention par rapport aux années passées (19% en 1998 contre 7,5% seulement en 1997). Le volume de la collecte représente 18,9% de la production, en dépit du niveau modeste de celle-ci. A rappeler que ce taux n'a été, à la même date, que de 16,3% pour la récolte record de 1996, de 10,5% pour 1997 et de 15,9% en 1998.
    Etablies par l'ONICL (Office National Interprofessionnel des Céréales et Légumineuses), les statistiques concernant la commercialisation montrent une nette concentration régionale des achats. Ainsi, 80% de la collecte s'est effectuée dans le Centre, le Centre-Nord et le Centre-Sud. Les taux de collecte totale de céréales les plus importants ont été réalisés dans les régions du Centre-Sud (49,7%) et du Centre-Nord (49,2%). Depuis le début de la campagne de commercialisation, le prix moyen national (quotidien) d'achat à la production du blé tendre a connu une certaine stabilité. Evoluant autour d'une moyenne de 251 DH/q, ce cours a varié entre 248 et 255 DH/q. Dans l'ensemble, le prix moyen se situe au-dessus du prix de référence fixé à 250 DH/q.

    Concernant le blé dur, les prix à la production se sont élevés à environ 281 DH/q, variant entre un minimum de 262 DH/q et un maximum de 300 DH/q. "Ces variations importantes seraient attribuées, dans une certaine mesure, à l'irrégularité, dans le temps et dans l'espace, des transactions sur cette céréale", soulignent les experts de l'ONICL.
    Par ailleurs, les stocks de céréales, détenus au 15 septembre, au niveau des opérateurs céréaliers et des ports, s'élèvent à 11,2 millions de quintaux. Ils se répartissent à hauteur de 40% pour les commerçants, 22% pour les coopératives, 20% pour les minotiers, 5% pour les provendiers et 13% au niveau des ports. Les disponibilités intérieures en blé tendre, qui atteignent 7,9 millions de quintaux, permettent la couverture des besoins de la minoterie industrielle à hauteur de 3 mois d'écrasement.
    Durant la période allant du 1er juin au 15 septembre 1999, les écrasements de blés réalisés par la minoterie industrielle ont atteint 9,8 millions de quintaux dont 86% de blé tendre (8,4 millions) et 14% de blé dur (1,4 million). L'approvisionnement de la minoterie en blé tendre destiné à la fabrication de la farine subventionnée est assurée d'une manière "régulière" par l'ONICL.

    Meriem OUDGHIRI



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc