×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Centres de visites techniques: Ghellab sévit

    Par L'Economiste | Edition N°:2415 Le 05/12/2006 | Partager

    . Quatre CVT et onze agents sanctionnésQUATRE centres de visites techniques (CVT) et onze agents visiteurs viennent d’être sanctionnés, la semaine dernière, par le ministère de l’Equipement et du Transport. Celui-ci a prononcé, dans le cadre de la dernière phase d’audit de mise à niveau de ces centres, des arrêtés portant sur le retrait provisoire, voire définitif de l’autorisation d’exercer de ces locaux et de ces agents.Ainsi, l’autorisation a été retirée définitivement à deux CVT: un à Sidi Othmane à Casablanca, dont la responsabilité a été mise en évidence dans l’accident du 14 septembre de l’autocar entre Khouribga et Fquih Bensaleh (11 morts, 5 blessés graves et 46 blessés légers). L’autre à El Massira à Kénitra impliqué dans l’accident du 27 septembre de l’autobus de la métropole (1 mort et 11 blessés). En outre, un retrait provisoire de 6 mois a été prononcé à l’encontre de deux autres centres de visites techniques: Auto Assistance et Hamra à Casablanca, pour la non-utilisation des équipements et l’absence de traçabilité des visites techniques attestées. Auto Assistance est à l’origine de l’accident du 10 octobre de l’autocar entre Chichaoua et Marrakech (5 morts, 3 blessés graves et 17 blessés légers). Hamra, quant à lui, ne déclare pas les visites et délivre des attestations de complaisance. Les auditeurs ont, par ailleurs, procédé au retrait provisoire de 6 mois du certificat d’aptitude professionnelle (CAP), privant, ainsi, temporairement 9 agents visiteurs d’attester le contrôle technique des véhicules, à Casablanca et Kénitra. Deux autres opérant dans les mêmes villes, se sont vu retirer, définitivement, leur certificat. Rappelons que le ministère de l’Equipement et du Transport avait préparé et mis en œuvre, en mai 2005, un plan d’action de mise à niveau du secteur opérant le contrôle technique des véhicules, dans le cadre du plan stratégique intégré d’urgence de sécurité routière (PSIU). Celui-ci s’est étalé sur plusieurs étapes: La première opération a été lancée l’été 2005 et avait relevé la non-conformité de 176 CVT, la deuxième en février 2006 avait conclu à la non-conformité des lignes de contrôle de 73 centres, dont 56 pour les poids lourds.La troisième intervention, l’été dernier, avait permis la réouverture de 63 locaux, vu leur alignement sur les nouvelles procédures. La quatrième opération est celle qui a abouti aux dernières sanctions. Celles-ci s’imposaient vu l’hécatombe sur les routes. Si l’erreur humaine est à l’origine de nombreux accidents, les défaillances techniques ne sont pas en reste. D’où la responsabilité des CVT. «Mon véhicule a droit à une belle photo, une fois, par an», ironise un automobiliste casablancais.


    Routes: L’hécatombe continue

    UN accident de la circulation a provoqué la mort de 8 personnes dont 7 sur le coup. Pas moins de 24 autres passagers ont été blessés dont plusieurs grièvement. L’accident s’est produit, hier vers 6 h du matin à 20 kilomètres de Settat sur l’autoroute en direction de Casablanca. L’autocar venait d’Agadir et se dirigeait vers Ouazzane. Il transportait plus d’une cinquantaine de voyageurs. Le drame s’est produit lorsque le véhicule a glissé vers le bas-côté de la chaussée avant de se «coucher» sur le flanc droit. Selon les premiers éléments de l’enquête, la somnolence du chauffeur ou la défaillance mécanique seraient les causes de l’accident. Les dépouilles et les blessés ont été évacués par les éléments de la Protection civile vers l’Hôpital Hassan II de Settat. La circulation a été interrompue pendant plus de 30 minutes sur ce tronçon. Rappelons que samedi dernier, un autre accident plus grave encore s’est produit non loin de Benguérir faisant 13 morts, dont 9 touristes étrangers, et 24 blessés. L’accident s’est produit dans la commune rurale Ouled Hassoun à environ 10 km de la ville de Benguérir sur la route nationale n° 9 reliant Casablanca à Marrakech, lorsqu’un autocar et un camion remorque sont entrés en collision frontale.Loubna MOUSSALI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc