×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Centrale Laitière: L’activité musclée par les produits laitiers frais

    Par L'Economiste | Edition N°:1990 Le 31/03/2005 | Partager

    . Le chiffre d’affaires 2004 s’apprécie de 9% . Les nouveaux produits y contribuent largement C’EST dans un environnement mitigé qu’a évolué la Centrale Laitière en 2004. “L’entreprise a eu à faire à une flambée des matières premières (poudre de lait, emballages…), le maintien du cadre fiscal défavorable privilégiant les coopératives et le renforcement de la concurrence”, explique Driss Bencheikh, directeur général de Centrale Laitière, lors de la présentation des résultats annuels, mardi 29 mars. Pour contrer les effets de ces facteurs, la filiale de l’ONA a déployé une stratégie d’innovation, notamment dans l’activité “Produits laitiers frais”, durant toute l’année aidée en cela par une bonne production laitière. Une stratégie qui a donné ses fruits au regard des résultats positifs de la Centrale. Ainsi, la filiale de l’ONA a clôturé 2004 sur une note positive avec un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de DH contre 3,2 en 2003, soit une progression de 9% résultant essentiellement du bon comportement du segment des produits laitiers frais. Le chiffre d’affaires de cette activité s’est apprécié de 12%. Et ce grâce au lancement de nombreuses innovations (Moufid Vitamines, Moufid à boire, Assiri briques, Yawmy, Dan up Maxi). Le rayon lait évolue, lui, de 5%. Le résultat d’exploitation s’est élevé à 381 millions de DH en recul de 25 millions de DH par rapport à 2003. Bencheikh souligne toutefois que cette dégringolade a été corrigée par la croissance importante des volumes de vente ainsi que les gains de productivité. Après retraitement des provisions et charges d’exploitation à caractère non récurrent, le RE s’établit à 406 millions de DH en ligne avec les prévisions du management. “La stagnation du résultat d’exploitation, hors éléments non récurrents, s’explique par la forte augmentation des prix de certaines matières premières et consommables ainsi que le renchérissement du cours de l’euro”, précisent les responsables de l’entreprise. Le résultat financier a connu à son tour une chute de 17 millions de DH, en comparaison avec l’exercice précédent, pour s’établir autour de 38 millions de DH, contre 55 millions de DH en 2003 (-31%), suite à la distribution d’un dividende exceptionnel de 513 millions de DH en 2004. Le résultat avant impôt est passé de 465 millions de DH en 2003 à 415 millions, soit une baisse de 11%. Le résultat net a également subi une tendance baissière reculant de 9%, à 286 millions en 2004 contre 315 millions en 2003. La filiale de l’ONA compte distribuer, à l’instar de l’année précédente, en plus d’un dividende courant de 180 DH, un exceptionnel de 460 DH par action. “Et ce n’est pas l’ONA qui nous oblige à distribuer autant de dividendes. C’est inconcevable d’avoir des trésoreries excédentaires et de ne pas en faire profiter les actionnaires”, tient à préciser Bencheikh. Côté perspectives, la Centrale Laitière a décidé de poursuivre en 2005 sa stratégie de croissance, axée essentiellement autour de la qualité et de l’innovation des produits. F. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]m
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc