×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Centrale d'achat: Marrakech sur la piste des Espagnols

Par L'Economiste | Edition N°:974 Le 13/03/2001 | Partager

De notre correspondant, Salah BACHIR. Une délégation de la CCIS de la ville s'est rendue récemment à Grenade où elle a eu des discussions avec les responsables de Coviran qui gère 1.200 points de vente Marrakech veut s'inspirer de l'expérience andalouse en matière de coopératives d'achat et de vente. M. Mehdi Zoubairi, vice-président en charge du commerce intérieur à la CCIS de la même ville, a effectué récemment le déplacement en Espagne, en compagnie d'autres membres de la Chambre, pour “observer et méditer d'abord, et ensuite tirer des conclusions et agir”. Devant la confrontation entre les grandes surfaces qui veulent dominer les circuits de distribution de grande masse d'une part et les commerces «traditionnels« de proximité proches des consommateurs d'autre part, il faut bien imaginer des dispositifs de régulation du marché. . Cahier des chargesUn dispositif peut prendre la forme par exemple d'une organisation alternative de distribution opposée aux grandes surfaces. Il s'agit en l'occurrence des coopératives d'achat et de vente aux détaillants ou centrales d'achat. Marrakech n'est pas allée trop loin pour voir l'expérience de nos voisins espagnols. A Grenade, en Andalousie, se déroule depuis quarante ans une expérience instructive de la coopérative Coviran. Le principe de base de cette coopérative certifiée ISO est simple dans la mesure où chaque associé apporte au capital social sa quote-part de l'ordre de 7.000 euros et renonce au partage des dividendes, mais bénéficie en échange d'un ensemble de services que la coopérative lui assure en permanence. Ces coopérateurs gèrent 1.200 surfaces de vente individuellement d'une superficie minimale de 200 m2 qui affichent l'enseigne de Coviran. Et sur la base d'un cahier des charges précis revendent les produits achetés à la coopérative. Celle-ci dispose d'une plate-forme de 24 hectares dans le parc industriel de Grenade dont 8 sont réservés au stockage, aux chambres froides et aux ventes directes aux associés qui utilisent leurs propres moyens de transport pour ravitailler leurs magasins. La coopérative emploie 300 salariés et assure à ses membres organisés en conseil d'administration les services bancaires, assurance et formation continue, qui absorbe à elle seule 5% des bénéfices réalisés par la coopérative.. Subventions Des plans types sont aussi offerts avant le démarrage pour que les magasins reflètent une homogénéité dans l'aménagement intérieur et la présentation générale. Le succès est tel que certains magasins n'ont besoin que de quelques mètres pour leur aire de stockage, tellement la rotation des stocks est ra-pide. La coopérative, qui reçoit des subventions du gouvernement régional et de l'Union Européenne dispose de 260 produits emballés sous la marque Coviran et plus de 50 autres produits frais, a réalisé un chiffre d'affaires de 38 milliards de pesetas en 2000, apporte à ses associés une capacité d'amélioration rapide aux exigences des consommateurs et des gammes de produits à des prix bien étudiés en mesure de faire la différence avec ceux pratiqués par les grandes surfaces. Selon M. Salas le directeur général de la coopérative Coviran, aucune fermeture n'a été constatée dans les magasins appartenant au réseau. Ce qui n'est pas le cas de tous ceux qui opèrent hors réseau. Le PDG de la coopérative, M. Robles, pousse plus loin la réflexion et explique ce phénomène aussi par les dispositifs législatifs puisque chaque ouverture d'une grande surface (+2.500 m2), selon la loi en vigueur en Andalousie du commerce intérieur, est soumise à l'appréciation des associations les plus représentatives des commerçants, consommateurs, syndicats et la CCI dont relève le projet. Ainsi, dit-il, pendant deux ans, seules deux grandes surfaces ont reçu cette autorisation d'ouverture sur vingt-quatre.


Etude de faisabilité

Concernant la possibilité de coopérer avec les commerçants de Marrakech, M. Salas n'a pas manqué de manifester son enthousiasme à cette idée car, dit-il, “Coviran peut apporter le savoir-faire et Marrakech la clientèle”. L'élargissement et l'extension de l'activité permettent en effet de renforcer la capacité de négociation vis-à-vis des fournisseurs et d'obtenir en conséquence les meilleurs prix possibles. Les membres de la CCIS de Marrakech préfèrent toutefois confier une étude de faisabilité à un bureau d'études spécialisé pour trancher sur la forme juridique que prendra cette structure régionale et recommander à la fin les étapes à suivre. Il n'est pas exclu que lors du mois de mars, les hauts responsables de Coviran visitent Marrakech en compagnie des hommes d'affaires de Grenade, qui habituellement participent à la grande foire du Sud pour découvrir ainsi les potentialités de la ville.


. Tata: Projets de construction de logementsLe secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de l'Environnement, chargé de l'Habitat, M. Mohamed M'Barki, a visité récemment les travaux de construction d'environ 2.395 logements dans les communes de Foum Lahcen, Aqqa, Tata et Foum Azguid (Province de Tata). La réalisation de ces logements nécessitera un financement de plus de 96 millions de DH. M. M'Barki a visité également les travaux visant à équiper 441 lots de terrain, sur une superficie de plus de 11 hectares. Cette opération, programmée par l'ERAC-Sud, nécessitera une enveloppe budgétaire de l'ordre de 8,2 millions de DH. Il est à noter que 617 logements ont été construits dans les communes d'Aqqa et de Tagadirt et que 383 lots de terrain ont été équipés dans la Commune d'Aqqa. Ce projet a nécessité un montant de 40 millions de DH. . Meknès-Tafilalet: Le Conseil régional en session extraordinaireLe Conseil régional de Meknès-Tafilalt et tiendra, le 6 avril prochain, une session extraordinaire. Elle sera consacrée à l'examen et à l'adoption des transferts de crédits destinés à des projets de développement dans la province de Khénifra. La préparation de l'ordre du jour de cette session et l'examen de l'état d'avancement des projets prévus dans les différentes préfectures et provinces de la région, ont été discutés dernièrement au centre d'une réunion du bureau du Conseil, tenue sous la présidence de M. Saïd Chbaâtou, président du Conseil. Au cours de cette réunion, les participants se sont notamment penchés sur l'examen d'un rapport de la commission des affaires financières et du budget des différents projets programmés au niveau de la région. . Marrakech: Rencontre sur la libéralisation des prix et la concurrenceUne journée de sensibilisation sur les dispositions de la nouvelle loi sur la libéralisation des prix et la concurrence, qui devra entrer en vigueur le 6 juillet prochain, a été organisée dernièrement à Marrakech par la CGEM (section du Tensift), en collaboration avec le Ministère de l'Economie Sociale, des Petites et Moyennes Entreprises et de l'Artisanat, chargé des Affaires Générales. Selon les intervenants, cette loi a pour but d'interdire les transactions commerciales non régulées par la loi de la concurrence et qui peuvent avoir des retombées négatives sur le marché. Elle interdit également des pratiques contraignantes et sélectives en rapport notamment avec la fixation des prix, les délais de paiement et les conditions présidant aux transactions. Par ailleurs, parmi 200 produits, les tarifs de 171 ont été libérés afin de créer un climat favorisant la création d'entreprises.. Khemisset: Congrès de l'Union régionale des syndicatsL'Union Régionale des Syndicats de Khemisset, affiliée à l'Union Marocaine du Travail, tiendra son quatrième congrès, dimanche 18 mars, autour du slogan «Pour un syndicalisme rénové et rénovateur capable de relever les nouveaux défis». La séance d'ouverture aura lieu au cinéma Marhaba à Khémisset et les travaux du congrès se tiendront au siège de l'UMT. Participeront à ce congrès environ 200 congressistes, représentant les différents secteurs d'activités organisés au sein de l'UMT. . Fès: Colloque international sur Giraudoux Un colloque international sur «le temps dans l'oeuvre de Jean Giraudoux» se tiendra du 14 au 16 mars au Palais des Congrès à Fès. Organisé sous le patronage du Prince Moulay Rachid, par la Faculté de Lettres et des Sciences Humaines de Saïss, en collaboration avec la société internationale des études giralduciennes et l'association des amis de Jean Giraudoux, cette rencontre connaîtra la participation d'éminents universitaires et chercheurs marocains et étrangers. Le programme de cette manifestation comprend plusieurs axes relatifs au temps notamment narratif, romanesque, dramatique, vécu, perdu ou retrouvé... Les conférences toucheront plusieurs thèmes tels que «la connaissance du temps», «le temps retrouvé», «les moments du temps» et sur «les pas de Jean Giraudoux».
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc