×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    CEE: 2000 milliards de Francs en infrastructures de transport

    Par L'Economiste | Edition N°:34 Le 18/06/1992 | Partager

    La commission européenne vient d'adopter son schéma directeur du réseau routier transeuropéen. L'objectif est de doter le territoire communautaire d'infrastructures autoroutières, ferroviaires et fluviales, en assurant la connexion des réseaux nationnaux et en rattachant les zones périphériques aux régions centrales.
    A l'heure du grand marché, l'Europe doit en effet jouir d'un réseau de transport à la dimension de ses ambitions. Le trafic communautaire de marchandises et de voyageurs est appelé à augmenter de 30% environ, au cours des dix prochaines années.

    Sur 54.000 kilomètres de grandes voies, essentiellement autoroutes ou voies express, dont 37.000 en service dès Janvier 1993, 17.000 restent à réaliser dans une dizaine d'années.
    Leur coût est estimé à 840 milliards de Francs, le coût de l'ensemble du réseau étant à 2.000 milliards de Francs.
    La commission de la CEE a proposé aux Douze de contribuer au financement des autoroutes supplémentaires indispensables pour réaliser un réseau express couvrant l'ensemble du territoire communautaire.
    La plus grande partie du projet se situe en Grèce, qui ne dispose que de 300 kilomètres d'autoroute, en Irlande (25 kilomètres), au Portugal et en Espagne.

    Ces pays devraient bénéficier de financements de la CEE grâce au "fonds d'adhésion" qui va être créé pour eux. D'après les Echos, le budget qui leur sera attribué devrait atteindre 10 milliards d'Ecus pour les cinq prochaines années.
    Pour financer l'ensemble du projet, la Commission n'écarte pas la généralisation du système de péage qui existe notamment en France et en Italie, les autoroutes restant gratuites en Belgique, aux Pays Bas et en Allemagne.
    Soucieuse de rendre plus fluide les réseaux de transport, Bruxelles compte également développer le transport combiné Rail-Route et les voies navigables. Ces dernières, au regret des experts de la CEE, ne concernent plus que 9% du transport total des marchandises dans la CEE en 1989, contre 12,5% en 1984.
    La route est en revanche plus attrayante: 91% des déplacements de personnes et 72% de l'acheminement des marchandises s'effectuent par réseaux routiers.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc