×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ce que sera la «nouvelle économie» du tourisme

Par L'Economiste | Edition N°:1136 Le 02/11/2001 | Partager

. Point par point, l'accord d'application de la vision 2010 du tourisme fixe les programmes d'action, les moyens et leurs délais d'exécutionLe tourisme a désormais son tableau de bord. L'accord d'application de la convention-cadre traçant la vision stratégique du secteur a été entériné en début de semaine à Agadir (voir aussi L'Economiste du 30 octobre dernier sur www.leconomiste.com). Les objectifs poursuivis par cette “nouvelle politique touristique” sont: d'ici 2010, passer les flux d'entrées touristiques à 10 millions de personnes contre 2,5 actuellement; porter les recettes annuelles en devises à 80 milliards de dirhams, soit près de quatre fois la performance actuelle. Le tout se traduirait par la création de 600.000 emplois et 2 à 3 points sur la croissance du PIB par an. C'est un document d'une soixantaine de pages qui constituera désormais le référentiel et le bréviaire de ce qui est qualifiée de “nouvelle économie du tourisme”. Voici en résumé ses grandes lignes:. Investissements: 80 milliards de DH à trouverL'effort en matière d'investissement sera colossal. Au total, les investissements nécessaires pour accompagner cette nouvelle politique touristique sont estimés à 80 milliards de dirhams. Ce montant est réparti entre la création et/ou l'extension d'infrastructures-aménagements hors site de nouvelles stations balnéaires, l'assainissement et la distribution d'eau et d'électricité, les infrastructures de communication (15 milliards de dirhams), autant pour le développement de nouvelles stations balnéaires, fer de lance de la stratégie-produit. Par ailleurs, la réalisation de 80.000 nouvelles chambres, les infrastructures d'animation et de loisirs et la mise en adéquation des capacités de transport aérien coûteraient respectivement 40, 5 et 15 milliards de dirhams. Une synthèse de tous les investissements (y compris ceux des entreprises publiques) directement ou indirectement liés à la “vision 2010” sera consignée dans le Programme de Développement et d'Investissement Stratégique, le PDIS. Il faudra désormais se familiariser avec ce sigle. . Stratégie-produit Elle repose sur cinq principaux axes: une offensive sur la balnéaire avec le lancement de nouvelles stations (Saïdia, Ras El Ma, Khmis Sahel, El Haouzia, Mogador, Taghazout, Plage Blanche) la consolidation et/ou la restructuration de l'offre d'Agadir “afin de crédibiliser la destination sur le marché”, Tanger et Tétouan, le repositionnement du produit culturel, la promotion du tourisme interne et le développement du tourisme rural.Avant l'été prochain (juin 2002), l'accord recommande la mise en oeuvre de “toutes le mesures nécessaires à la sélection des aménageurs-développeurs privés pour trois nouveaux sites”. A ce jour, la station de Taghazout a déjà fait l'objet d'une concession dans le cadre d'un mémorandum d'entente avec le groupe Al Baraka. La sélection des aménageurs de ces nouvelles stations interviendrait avant septembre de l'année prochaine.. Un programme de développement pour Tanger C'est l'un des points saillants qui ressort de la dynamique commerciale (expression employée dans le document). Avec ses 3.500 chambres, la ville du Détroit a perdu de sa superbe au plan touristique. Le remplissage de l'hôtellerie n'y dépasse guère 30% de moyenne. Selon les termes de l'accord d'application de la convention-cadre du tourisme, “les pouvoirs publics et opérateurs suggèrent la conception d'un programme de développement régional pour la période 2002-2005. Il devrait être rendu avant fin juin 2002.. Une autorité de régulation dans le transport aérienOn ne peut pas prétendre au statut de destination touristique majeure sans facilité de connexion avec les marchés émetteurs et un transport compétitif. Il faut savoir que le ticket d'avion représente entre 40 et 50% du prix d'un package de séjour.Tel qu'il ressort de l'accord, les axes de la politique de transport aérien s'articulent autour de deux grands points: l'élaboration d'une loi-cadre réglementant le transport aérien. Et à l'instar de ce qui avait été fait pour les télécoms, la mise en place d'une autorité de régulation chargée de fixer les règles du jeu: organisation du secteur, conditions d'entrée sur le marché et régulation de la concurrence. . La guerre au désordre dans le time-shareLes pouvoirs veulent enfin s'attaquer au désordre et aux arnaques qui règnent dans cette activité qui a tant défrayé la chronique ces dernières années. Une réglementation spécifique sera élaborée d'ici juin 2002 en s'inspirant de l'expérience internationale. En attendant, les comités régionaux (lorsqu'ils seront opérationnels) sont appelés à “prendre des mesures nécessaires en interdisant tout démarchage sur la voie publique”. Les brigades touristiques dorénavant généralisées à toutes les régions vont veiller scrupuleusement au respect de cette disposition.. Création d'un fonds de rénovation, RenovotelC'est le mécanisme de financement affecté au financement de projets de rénovation d'établissements d'hébergement classés ayant au moins sept ans d'exploitation. Renovotel sera le fonds par lequel s'effectuera l'intervention de l'Etat. Il sera détenu à parts égales par le Fonds Hassan II, la Caisse Centrale de Garantie et Dar Addamane.Selon les termes de l'accord, ce mécanisme fonctionnera comme suit: le financement sera assuré à parité, par l'Etat à travers le Fonds Hassan II, et les banques à hauteur de 35% maximum. Le reste provenant du promoteur; la durée de remboursement sera étalée sur dix ans maximum, dont deux années de grâce; le loyer de l'argent appliqué est fixé à 2% pour la part de l'Etat et libre (à partir de la négociation), pour la tranche bancaire.Une liste exhaustive des hôtels et établissements éligibles à ce mécanisme sera fixée à la suite d'une opération de classement dont les conclusions sont attendues à la fin de cette année. Les projets peuvent également bénéficier des dispositifs de garantie de la Caisse Centrale de Garantie et de Dar Addamane.


Entreprise touristique

L'accord d'application du contrat-programme du tourisme apporte par ailleurs une clarification sur une notion cruciale pour prétendre au bénéfice des avantages accordés au secteur. Il s'agit de critères de définition de l'entreprise touristique: Sont considérés comme entreprises touristiques, les établissements propriétaires ou exploitantes d'unités d'hébergement, les entreprises de gestion d'unité d'hébergement, de restauration touristique, les agences de voyages, les entreprises de location de voitures, celles de transport touristique, les entreprises d'animation et autres activités du loisirs et les unités touristiques pratiquant la thalassothérapie et le thermalisme. A. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc