×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Casablanca/Derb Omar
    Huit magasins ravagés par le feu

    Par L'Economiste | Edition N°:2890 Le 28/10/2008 | Partager

    . Le feu s’est déclaré dans la kissaria de Haj Abed. Absence de bouches d’incendie dans le quartier commercial C’est un jeudi noir qu’a vécu Casablanca la semaine dernière. Quand les quartiers Sadri, Moulay Rachid, Salam et Oulfa étaient envahis par les eaux, celui de Derb Omar cramait. Précisément à la kissaria de Haj Abed Soussi qui a failli être entièrement ravagée par les flammes si ce n’est la réactivité de la Protection civile. L’intervention rapide des sapeurs-pompiers a limité les dégâts à huit magasins sur la trentaine que compte le complexe commercial spécialisé dans le commerce des dattes et des fruits secs. La kissaria abrite aussi plusieurs espaces marchands dédiés à la vente d’anciennes revues et livres. Sans oublier des dépôts pour le stockage de produits de parfumerie et de cosmétique.L’incendie s’est déclaré, selon les commerçants, vers 22 heures. «Les sapeurs-pompiers ont réussi à circonscrire le feu l’empêchant de se propager et de ravager tout le complexe commercial», indique un commerçant. En fait, seulement sept magasins ont été totalement ravagés et un autre peu endommagé. «Le propriétaire d’un dépôt de stockage de produits cosmétiques a subi une perte de près d’un million de DH», déclare un vendeur de la place. Les 7 autres cumulent un autre million de DH de pertes.Dans la kissaria, surtout dans la partie ravagée par le feu, le spectacle est désolant. Quelques commerçants essaient de mettre de l’ordre dans ce qui reste encore de leurs articles. Mais ce ne sont que des choses carbonisées, pour la plupart. Les 7 autres commerçants des magasins ravagés (parfumerie, cosmétique, dattes et fruits secs) n’espèrent, quand à eux, plus rien. En ce qui concerne les causes de l’incendie, les commerçants privilégient deux hypothèses. Primo, la piste d’un feu causé par un court-circuit. Surtout que depuis le 21 octobre, Lydec a ordonné aux commerçants de déplacer leurs compteurs de l’intérieur à l’extérieur des magasins. C’est pour faciliter l’accessibilité aux agents du concessionnaire pour le prélèvement des consommations. Histoire pour que cette opération se fasse sur la base d’un relevé réel et non d’une estimation. Lydec a donné 15 jours aux commerçants pour déplacer leurs compteurs. Mais apparemment, l’opération s’est faite dans la précipitation. «Il se peut qu’un déplacement/installation du compteur mal fait serait la cause de l’incendie», croit savoir un commerçant. La seconde piste est celle du gardien de la kissaria. Celui-ci pourrait être à l’origine de l’incendie soit par l’usage de son téléviseur, soit par l’usage de la bonbonne de gaz.Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc