×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca/CHU: La prime de la discorde

Par L'Economiste | Edition N°:2123 Le 05/10/2005 | Partager

. Les syndicats et la direction du centre hospitalier s’affrontent . Des grèves toutes les semainesLes infirmiers et autres agents du CHU persistent. Ils font grève deux jours par semaine depuis juillet. Et pour cause, ils protestent contre l’octroi de la prime de rendement à une catégorie d’agents et pas à d’autres. «Nous avons observé un jour de grève par semaine pendant le mois de juillet. En août, nous avons suspendu notre mouvement pour donner à la direction le temps de réfléchir. Aucune réponse. Alors, nous sommes revenus à la charge à raison de deux jours par semaine les mois de septembre et octobre. En novembre, nous envisageons un arrêt de travail de trois jours et un sit-in devant la wilaya», indique El Haj El Wardi, secrétaire général de la fédération nationale de la santé, affiliée à l’UMT. La direction est catégorique: «seuls les agents relevant du statut particulier du CHU ont droit à la prime. Les infirmiers et autres employés relevant du ministère de la Santé doivent d’abord être intégrés dans le cadre du CHU pour pouvoir en bénéficier». Les grévistes sortent un autre argument: «pourquoi le CHU de Rabat a octroyé la prime à tout le personnel sans distinction et ce, en 2003 et 2004?», s’interroge El Wardi. La direction ne l’entend pas de cette oreille. La généralisation de la prime sera illégale. C’est ce que stipule la décision relative à l’octroi de la prime de rendement signée par Mohamed El Andaloussi, directeur du CHU: «Une prime de rendement est attribuée annuellement au personnel du CHU Ibn Rochd». Les ayants droit sont définis par le décret portant statut des CHU comme étant les agents stagiaires et titulaires, les fonctionnaires détachés auprès du CHU et les agents temporaires. Tout agent en dehors de ces catégories est banni du cercle des bénéficiaires. D’ailleurs, des lettres relatant les avantages de l’intégration ont été adressées au personnel. Aucune adhésion n’est faite jusqu’à présent. Les agents grévistes s’accrochent à leurs doléances. C’est que l’intégration est laissée à leur propre choix et n’est en aucun cas une obligation: «les fonctionnaires titulaires et stagiaires relevant du ministère de la Santé, en fonction dans les centres hospitaliers depuis le 1er janvier 2003 peuvent, sur leur demande, être intégrés dans les cadres de ces centres», stipule l’article 10 bis de la loi 42-03 relative aux centres hospitaliers. Pour ceux qui veulent opérer ce changement statutaire, ils ont jusqu’au mois de mai 2007 pour le faire. «La loi ne nous a pas lié les mains. Elle nous accorde un délai de 3 ans pour réfléchir sur les aspects négatifs ou positifs de l’intégration et de se décider en connaissance de cause», affirme un syndicaliste. Et d’ajouter «le bon sens veut qu’on généralise la prime pendant cet intervalle de temps et en faire profiter, après la date butoir, les seules personnes qui ont opté pour l’intégration». Les syndicalistes accusent l’administration de vouloir traiter directement avec les employés «en ignorant les syndicats, seuls habilités à défendre les intérêts du personnel». Les syndicats disent êtres prêts à négocier. «Seule option pour la continuité normale des prestations de soins».


Avantages de l’intégration

L’octroi de la prime est un avantage. Il n’est pas pour autant automatique. Il se fait sur la base de critères d’évaluation comme la méthodologie du travail, la réalisation des tâches, l’assiduité, l’initiative et les relations humaines. Son montant est fixé entre 0 et 250% du salaire brut. Autres avantages: le personnel intégré continue de relever du secteur public. Il bénéficie aussi d’une amélioration de formation des professionnels de santé grâce à la décentralisation des formations continues. Les familles des agents intégrés auront, quant à elles, droit à des œuvres sociales (colonies de vacances, divertissement et organisation de voyages, …) Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc