×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca
Deux ans seulement pour les travaux de voirie

Par L'Economiste | Edition N°:2374 Le 03/10/2006 | Partager

. Il s’agit des 37 projets du programme de développement urbain. La signalisation confiée aux privés. Le rôle de la société d’économie mixte encore inconnuLes rues de Casablanca seront bientôt retournées sens dessus dessous. Le plan de développement urbain (PDU), proposé par la vision «Casa 2010», avait clairement annoncé la couleur en allouant à la voirie de la métropole près de 2 milliards de DH (cf. www.leconomiste.com). Pénétrantes, grands boulevards et autre points noirs recensés par la Commune seront touchés. La circulation sera sérieusement perturbée. Mais une bonne nouvelle! La totalité des travaux devraient être achevés dans 2 ans. Les Casablancais n’auront qu’à prendre leur mal en patience. Un responsable de la Commune assure que le projet le plus laborieux nécessite tout au plus 18 mois. Les chantiers seront lancés simultanément. Le travail n’obéit pas à un calendrier prédéfini. Ce sont d’autres critères qui décident du lancement des projets, notamment le financement. La Commune a, en effet, programmé des chantiers qu’elle finance elle-même, en attendant que les enveloppes des autres projets (tous budgétisés, du reste) soient débloqués par les autres partenaires.Le lancement des projets est également conditionné par la réalisation des études. Confiées à plusieurs cabinets (Team Maroc et CID, entre autres) plusieurs d’entre elles ont déjà été finalisées, notamment celle relative au réaménagement du grand rond-point de Californie (près de l’hypermarché Marjane). Celui-ci fera l’object d’une grande restructuration via la réalisation de deux rond-points giratoires entre le boulevard Panoramique et boulevard de Fès, d’une part, et Sidi Maârouf et la route n° 11, d’autre part. Deux trémies y sont également prévues.Les résultats des études sur les boulevards de la Corniche et le fameux boulevard Mohammed-V sont, par ailleurs, très attendus. Les grandes lignes sont tout de même annoncées. Pour le premier, les priorités demeurent l’élargissement de l’esplanade et l’élargissement des espaces de stationnement. Le second connaîtra, pour sa part, une remise à niveau de la chaussée, des trottoirs… à l’instar du premier tronçon du boulevard d’Anfa.Par ailleurs, des difficultés ont été constatées au niveau de certaines zones de la métropole. Le cas du boulevard du 2-Mars, où une nouvelle voie sera aménagée, est pour exemple, problématique. Pendant des années, les constructions y ont été réalisées sans aucun respect des emprises. Les habitations empiètent donc largement sur la voie publique. La Commune devra ainsi composer avec cette nouvelle donne afin de rétablir le rapport chaussée/trottoirs. Autre «défi»: l’ouverture et construction de la voie Maâmoura (du côté de Derb Moulay-Cherif). Le creusement du tunnel prévu dans la zone s’avère compliqué, puisqu’il devra traverser une nappe dense des réseaux de l’Office national des chemins de fer (ONCF).A noter que, pour la réalisation de ces chantiers, la Ville se tourne vers ses partenaires classiques, notamment les sociétés GCR, AIC et Routes du Maroc. Le rôle de la société d’économie mixte, dont la création a été dernièrement annoncée par le maire, n’est toujours pas précisé.


Signalisation

La Commune de Casablanca a dernièrement lancé un appel à manifestation d’intérêt afin de confier l’installation et le maintien des feux de signalisation aux privés. En plus de répondre au besoin que les travaux de réfection des voies va créer, il s’agit pour le gestionnaire d’apporter un nouveau concept, plus moderne et plus sûr, de signalisation. La Ville prend toutefois en charge les volets jalonnement et signalétique, qui connaîtront une meilleure organisation et obéiront à une nouvelle identité visuelle.Ichrak MOUBSIT

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc