×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Casablanca : Un nouveau plan de circulation à l'étude

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

Les Commissions de la circulation instaurées en 1969 s'avèrent aujourd'hui inopérationnelles. Une nouvelle Commission permanente de la Circulation et de la Voirie, instituée en 1991, a pour principale mission de traiter les problèmes liés à la circulation et d'établir un plan pour Casablanca Les appels d'offres ont été lancés.

Assistée par la Commission Permanente de la Circulation et de la Voirie (C.P.C.V), instituée par la circulaire du Ministre de l'intérieur du 16 Juillet 1991, la Communauté Urbaine de Casablanca vient de lancer un appel d'offres en vue de l'élaboration du plan de circulation.

Cette Commission est composée de la Wilaya et des Préfectures du Grand Casablanca, de l'Agence Urbaine, de la Préfecture de Police et de la Communauté Urbaine de Casablanca.
Pour remédier à la situation actuelle devenue critique en matière de déplacements urbains à Casablanca, l'élaboration immédiate d'un plan de circulation s'impose. En permettant la valorisation des infrastructures déjà existantes et en adoptant des mesures adéquates à la situation spécifique de Casablanca, ce plan se fixe un certain nombre d'objectifs principaux.

Il s'agit tout d'abord d'une meilleure fluidité du trafic urbain, ensuite d'une amélioration des conditions de fonctionnement des transports collectifs, d'une organisation du stationnement, d'une meilleure protection des zones et sites urbains d'agréments ou de loisirs, et enfin d'une meilleure sécurité routière, en particulier la protection du piéton.

La réalisation de ces projets se caractérise, notamment, par la détermination des sens et des flux de circulation, la spécialisation des itinéraires, la localisation des stationnements. Elle comprend également la coordination des feux, la refonte de la signalisation horizontale et du jalonnement, le réarrangement des carrefours critiques, l'organisation de la desserte des activités urbaines denses et la réglementation de la livraison des marchandises et de la collecte des ordures ménagères...

Ce plan de circulation exige donc des études globales et complexes, d'où la nécessité de faire appel à des bureaux d'études techniques spécialisés.
Le secrétariat de la commission sera assuré par la Préfecture de Police et les travaux seront pilotés par la Communauté Urbaine en collaboration avec I ' Agence Urbaine de Casablanca. Le parc automobile actuel circulant à Casablanca est estimé à 400.000 véhicules, représentant 35% environ du parc national. Selon des données de 1990, le taux de motorisation qui est le rapport véhicules/habitants est de 115 véhicules/1.000 habitants.

Les modes de déplacements motorisés les plus utilisés sont principalement l'autobus comme moyen de transport en commun, la voiture particulière et les deux roues. Mais malgré un taux de motorisation encore faible en comparaison avec d'autres métropoles de même dimension, Casablanca connaît de gros problèmes de congestion de la circulation, de stationnement, de sécurité routière et d'environnement. Et ce, en particulier au centre-ville délimité par la rocade des boulevards Zerktouni-Résistance, Sur les principales pénétrantes de ce centre, et dans les zones de concentration forte en emplois et activités commerciales. Ces problèmes génèrent des pertes énormes de temps pour les usagers, une consommation excessive d'énergie, un taux élevé d'accidents et de pollution.

La seule étude jusque là réalisée en matière de circulation à Casablanca date de plus de quinze ans et a été effectuée par la société Transroute. Cette étude avait connu un démarrage de réalisation au début des années 80. Elle a toutefois été rapidement abandonnée en raison d'une absence de stratégie rationnelle respectant le phasage chronologique des recommandations liées à sa mise en application.

De plus, les commissions de la circulation déjà existantes au niveau de chaque Préfecture, instituées en 1969, se sont avérées inopérationnelles, laissant de côté les problèmes de fond. D'où la création d'une Commission Permanente de la Circulation et de la Voirie. Cette commission est essentiellement chargée des problèmes majeurs liés à la circulation et aux transports urbains. Il s'agit principalement de la fluidité de la circulation dans les grands axes et zones générateurs de trafic urbain intense, de la sécurité routière, de la signalisation et du stationnement, des grands aménagements de voirie et espaces publics structurants. Le rôle de cette commission englobe également I ' aménagement des équipements et des installations des transports collectifs (gares routières de voyageurs, terminus de bus, abri - bus...), ainsi que la qualité des services offerts par la Régie et les concessionnaires privés de transport en commun et le respect des dispositions des cahiers des charges et des règles de la circulation.

La première action urgente de cette commission réside donc dans I ' élaboration d'un plan de circulation pour Casablanca. Ce plan doit prendre en considération les études antérieures effectuées en matière de circulation et transports urbains ainsi que les orientations du Schéma Directeur d'Aménagement Urbain. Sans oublier les plans d'aménagement communaux et les actions majeures et les grandes opérations prioritaires d'aménagement.

M. O.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc