×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Un nouveau centre pour rééduquer les enfants handicapés

    Par L'Economiste | Edition N°:3497 Le 30/03/2011 | Partager
    Une cinquantaine d’enfants pris en charge
    Les éducateurs profitent de l’expérience des Hongrois

    Une cinquantaine d’enfants pré-inscrits dans le centre pluridisciplinaire de l’Amicale marocaine des IMC (infirmités motrices cérébrales) bénéficient chaque jour de l’encadrement de conducteurs hongrois (Les visages ont été modifiés )

    Education conductive, kinésithérapie, psychomotricité, ergothérapie, orthophonie, éveil sensoriel ou encore l’approche Sherborne, autant de prestations médicales, paramédicales et pédagogiques qui sont aujourd’hui dispensées dans un seul et même endroit à Casablanca. Le centre pluridisciplinaire de l’Amicale marocaine des IMC (infirmités motrices cérébrales) accueille, depuis le 11 janvier 2011, les enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale ou de paralysie cérébrale. C’est au sein d’une école publique à Anfa que se trouve ce centre qui dispose aujourd’hui de 11 classes intégrées. Le ministère de l’Education nationale les avait mises à la disposition de l’association qui les a ensuite réaménagées aux normes européennes de l’handicap.
    «Pour l’heure, l’association en est à la mise en route de son premier centre qui compte 20 éducateurs spécialisés, quatre kinésithérapeutes, deux orthophonistes, une infirmière, du personnel administratif, ainsi que des médecins de différentes spécialités», indique Loubna Cherif Kanouni, présidente fondatrice de l’Amicale marocaine des IMC. «Grâce aux efforts des différents partenaires, notamment l’INDH, les laboratoires Laprophan, la fondation BMCI, la fondation BNP Paribas ainsi que le groupe Aixor, les enfants atteints d’IMC ont aujourd’hui la possibilité d’aller à l’école tout en apprenant à développer leur potentiel», ajoute-t-elle.
    Tout récemment, une délégation constituée de l’ambassadeur de la Hongrie et des ambassadrices du corps diplomatique de Rabat (Autriche, Inde, Portugal, Paraguay, Centrafrique et Palestine) ont rendu visite au centre. Les invités ont assisté à une présentation de la «pédagogie conductive» par une équipe hongroise spécialisée dans le domaine. Grâce au soutien de l’ambassade de la Hongrie et des laboratoires Laprophan, la pédagogie conductive, une approche d’origine hongroise développée spécifiquement pour les IMC et les troubles associés, a été introduite au centre de Casablanca. Une première dans le Maghreb. Aussi, une cinquantaine d’enfants pré-inscrits bénéficient chaque jour de l’encadrement de conducteurs hongrois.
    Cette pédagogie, largement présente dans les pays développés comme les Etats-Unis, le Canada, la Belgique, la Norvège et la France, favorise le développement de l’enfant, selon son potentiel. «Elle l’amène à contourner et à surmonter les dysfonctions motrices, cognitives ou autres qui parasitent sa vie quotidienne de manière à ce qu’il puisse affronter tous les défis inhérents au fait de grandir», explique Rachid Mekouar, président délégué de l’AMI. Le centre profite aujourd’hui de l’expérience des Hongrois qui ont développé un système éducatif intégré, résolument orienté vers l’autonomie et l’intégration des enfants atteints d’IMC.

    Bouchra SABIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc