×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Casablanca : A quand la réouverture du passage des Nations Unies?

Par L'Economiste | Edition N°:2475 Le 01/03/2007 | Partager

. Les travaux d’aménagement achevés et le problème de la remontée d’eau résolu. La remise en état de la coupole bloque la réouverture du passageLes Casablancais s’interrogent. Pourquoi le passage souterrain de la place des Nations unies est-il toujours fermé? Sa remise en état semble s’éterniser. Après le lancement du réaménagement du passage par le conseil de la commune, les citoyens avaient applaudi. C’était sous la présidence de Saâd El Abbassi et avant la mise en place de l’unité de la ville (cf: www.leconomiste.com). Mais apparemment quelque chose bloque le projet aujourd’hui. Situation d’autant plus surprenante que lors du lancement des travaux, les responsables se sont engagés sur un délai de six mois. Selon le responsable de l’infrastructure à la ville, Abderrahmane Bricha, «les travaux de réfection qui incombent à la commune sont achevés en ce qui concerne le revêtement des sols, le nettoyage, les locaux commerciaux. Reste à refaire la coupole. C’est un chantier qui sera lancé bientôt». Même son de cloche chez Meriem Ennahir, chargée des travaux de bâtiment mais celle-ci reconnaît qu’il «reste encore un problème de remontée d’eau qu’on essaie de régler avec Lydec et l’Odep». Aux dernières nouvelles, ce «détail» aurait été réglé. Une solution provisoire a été trouvée en attendant la mise en place d’un collecteur qui sera branché au système d’évacuation des eaux pluviales de la Marina. Cette solution consiste en la construction de murettes d’un mètre de hauteur pour empêcher les écoulements des eaux vers le souterrain ainsi que la fermeture d’un regard qui causait le refoulement des eaux pluviales à l’intérieur du passage. «Certes, un collecteur est depuis longtemps sur place. Mais il ne fonctionne pas. L’Odep  s’y oppose dans la mesure où il passe dans son territoire», explique un cadre de la commune. Et voilà qu’on comprend enfin pourquoi la place des Nations unies souffre d’inondations. Côté travaux, tout au long de cette année, les citoyens casablancais ont constaté leur déroulement de façon intermittente. Travaux qui ont permis de mettre en place les kiosques, un espace café, un poste de police et des toilettes publiques. Le service des bâtiments a également procédé au revêtement, par marbre, du sol, des murs et des marches des escaliers.  Le coût des travaux, selon un responsable au service de l’infrastructure, dépasse les 3 millions de DH. Un budget financé conjointement par la ville et son partenaire la BMCI Bank. Il faut donc activer la cession des locaux commerciaux. Par ailleurs, question sécurité, ce département doit accélérer l’affectation d’agents dans le poste installé dans le passage. Reste plus qu’à rénover la coupole. Mais il s’agit de trouver les financements. En tout cas, et contrairement à la rumeur, ce chantier n’est pas intégré dans le partenariat avec la BMCI. Des initiatives sont en cours pour choisir le modèle adéquat à mettre en place et lancer un appel d’offre pour le choix de l’entrepreneur.     Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc