×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: L'immobilier en tête des futurs investissements

Par L'Economiste | Edition N°:1749 Le 16/04/2004 | Partager

. Selon le CRI, ce secteur devra injecter 1,75 milliard de DH . Sur 1.164 intentions de création d'entreprises, seules 608 aboutissentA en croire les chiffres du CRI relatifs au premier trimestre 2004 , la dynamique économique semble bien lancée dans la métropole. Rien qu'en matière d'investissement, 51 dossiers sont en cours d'instruction au centre. Presque la moitié de ces gros projets (22 sur 51) concerne le secteur de l'immobilier. Ce dernier est le plus convoité par les promoteurs. A lui seul, il rafle plus de trois quarts des investissements importants qui se profilent. En fait, sur 2,24 milliards de DH d'investissement en projet au titre du premier trimestre de cette année, l'immobilier accapare 1,75 milliard de DH, soit 78,12%. La conjoncture s'y prête avec les efforts consentis pour lutter contre les bidonvilles. Selon les professionnels, c'est surtout la construction de logements sociaux par des promoteurs privés qui explique cette situation. L'habitat social est un important levier avec un effet d'entraînement considérable: “Quand le bâtiment va, tout va”. L'emploi en est le premier bénéficiaire avec la création de 3.840 postes.Les autres secteurs sont moins prisés. L'équipement, en particulier l'aménagement des zones industrielles, drainerait près de 180 millions de DH (8%), occupant ainsi le 2e rang . Pour sa part, le secteur du tourisme (première tranche du Casa City Center, complexes d'animation, restaurants...) se place en 3e position, avec 165,4 millions de DH , soit 7,37%. Viennent après le textile, le cuir, la parachimie et l'agroalimentaire. Côté emploi, on table sur la création de plus de 778 postes répartis entre le tourisme, l'industrie et le commerce. Les statistiques ne sont pas encore disponibles pour les autres secteurs, à savoir l'enseignement, les services et l'équipement.Force est de constater que 1.164 personnes ont manifesté leur intention de créer des entreprises. Mais uniquement 608 ont pu mener leur projet à bon port. C'est presque la moitié des postulants qui abandonnent, en cours de route, l'idée de créer une entreprise.Mais les performances en termes de création d'entreprises ne peuvent vraiment être réelles tant que le CRI ne dispose pas du nombre exact d'entreprises survivantes. C'est un indicateur de taille qui renseigne sur la santé économique de la région, mais qui fait encore défaut. Pour combler cette lacune, le CRI compte se doter d'un observatoire de l'économie régionale et d'un observatoire de l'entreprise au courant de cette année.


La SARL en vedette

SUR les 608 entreprises à créer, la SARL bat le record, avec 368 unités. Elle se place très loin devant ses concurrentes et confirme ainsi sa tendance à être la forme juridique la plus prisée. Viennent après la SNC (société en nom collectif), avec 113 créations et les personnes physiques, avec 111 unités. La SA est, quant à elle, boudée par les entrepreneurs. Elle ne représente que 2% (9 unités) du lot. Les difficultés juridiques que soulève la SA y sont pour beaucoup. Les groupements d'intérêt économique, les sociétés civiles immobilières et les sociétés de financement n'enregistrent, pour leur part, aucune création pour ce premier trimestre 2004.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc