×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Casablanca : L'assainissement de la baie de la Grande Mosquée Hassan II est lancé

    Par L'Economiste | Edition N°:71 Le 18/03/1993 | Partager

    Le groupement Bouygues-Bymaro et la RAD viennent de lancer les travaux d'assainissement de la baie de la Grande Mosquée Hassan II. Il s'agit d'assainir cette partie du littoral par la mise en place d'un émissaire sous-marin de 3,6Km.

    Les travaux d'assainissement entrepris depuis deux mois environ sur cette partie du littoral communément appelée baie de Mriziga seront réalisés pour un coût estimé à 830 millions de DH, selon la RAD. Ils consistent en l'interception de plusieurs collecteurs qui seront dirigés vers l'émissaire sous-marin de 3.600m de long actuellement en construction à El Hank, afin de rejeter les eaux usées au large. Une station d'épuration est également en construction à El Hank afin d'assainir les eaux usées avant de les rejeter au large, indiquent les servies de l'Agence Urbaine.

    L'émissaire sous-marin

    La baie de Casablanca s'étendant de la pointe d'El Hank au port est polluée depuis fort longtemps. Pour cette raison, la piscine municipale, à l'emplacement de laquelle a été édifiée la Grande Mosquée Hassan II, avait été fermée. Trois collecteurs se jettent actuellement dans cette baie: le collecteur ouest (ou grand collecteur), le collecteur Taravo et le collecteur Joffre.

    Les travaux actuels consistent à intercepter ces deux derniers, le Tavaro et le Joffre, pour les diriger vers le grand collecteur, la station d'épuration, puis l'émissaire sous-marin qui, lui, rejettera les eaux usées au large. Afin de purifier ces eaux et avant de les rejeter dans l'émissaire sous-marin, la station d'épuration traitera les eaux usées par des opérations de dégrillage (comme un tamis), désablage, dégraissage et déshuilage. Il ne restera alors que les éléments liquides et en suspension de très petite dimension. L'entreprise générale Bouygues-Bymaro est également chargée de la construction de cette station. Elle est maître-d'oeuvre de l'ensemble, la RAD en est le maître-d'ouvrage.

    Les travaux actuels concernent principalement la station d'épuration et l'installation de l'émissaire sous-marin.

    Zone immeubles le long de la baie

    A cet effet des travaux de terrassement sont entrepris en vue de préparer le profil en long de l'ouvrage; ils seront réalisés à l'aide des remblais de la digue entourant actuellement la Grande Mosquée; digue qui disparaîtra dans quelques mois avant l'inauguration annoncée pour le 9 juillet prochain. Une première partie de cet émissaire sous-marin sera réalisée en buses de béton armé précontraint sur 900m, c'est celle qui sera déjà opérationnelle en juillet; la deuxième partie, jusqu'au large, sera réalisée en acier enrobé de béton.

    L'assainissement de la baie de la Grande Mosquée Hassan II va permettre l'aménagement total de cette baie. Cet aménagement comprendra l'édification du musée océanographique en remplacement de l'aquarium et, sur 12 hectares, une série d'immeubles de 7 étages en front de mer, avec esplanade piétonne.

    D'autres travaux d'assainissement sont prévus

    Ces immeubles seront destinés à l'usage de bureaux, commerces, habitation, restauration et autres services. Les 12 hectares seront gagnés sur la mer, à hauteur des rochers, grâce aux remblais de la digue protégeant actuellement le chantier de la Grande Mosquée. C'est donc tout le secteur de la baie qui va être rénové. Un mur de béton de 1.650m de long, actuellement en construction, protégera de la houle l'espace ainsi gagné.

    Les travaux d'assainissement ne concerneront pas seulement la baie de la Grande Mosquée, ils s'étendront sur tout le littoral, de la pointe d'El Hank jusqu'à Aïn Sebaâ. En effet plusieurs autres collecteurs se jettent dans ces parages: on distingue notamment les collecteurs Gounod et Delure avant la grand jetée Moulay Youssef; des travaux sont actuellement entrepris boulevard Sidi Mohamed Ben Abdallah afin de rejeter leurs eaux usées vers le collecteur des phosphates, au niveau de la grande jetée transversale. D'autres collecteurs existent jusqu'à Mohammédia, ils seront interceptés de la même façon que ceux d'El Hank et du port pour être rejetés vers deux autres émissaires sous-marins (et leur station d'épuration) l'un à Aïn Sebaâ, l'autre à Mohammédia. Ainsi tout le littoral sera-t-il, de ce fait, assaini.

    Jamal MANSOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc