×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Casablanca: La faculté en manque de personnel

    Par L'Economiste | Edition N°:2685 Le 03/01/2008 | Partager

    . Un administrateur pour 100 étudiants. L’organisation des examens sur la selletteLES examens à la Faculté de droit de Casablanca démarrent le 7 janvier. Plus de 13.000 étudiants sont concernés. Seulement, le problème de l’encadrement pédagogique se pose. En effet, la faculté manque de personnel et les conditions d’examen risquent d’être difficiles. Malgré tout, la mobilisation est totale pour que les épreuves ne souffrent pas de ce déficit. «Les effectifs en matière d’encadrement sont loin d’être au top», souligne Ahmed Essalami, le doyen. Tout le personnel dont dispose la faculté est, par conséquent, mis à contribution, soit quelque 500 personnes. Administrateurs, professeurs et vacataires sont appelés à la rescousse. Il s’agit de combler le vide causé par les nombreux départs volontaires. De fait, le déficit en matière de ressources humaines est frappant. On compte un administrateur pour 100 étudiants. «On ne peut réussir une réforme sans la doter d’un minimum de moyens. La qualité de la formation est en jeu», souligne un fonctionnaire. L’encadrement pédagogique n’est pas non plus mieux loti. Tous les amphithéâtres et salles sont exploités au maximum. «Il faut aussi de nombreux surveillants pour les examens afin d’éviter la fraude, phénomène qui profite des sous-effectifs et de l’entassement dans les salles», déclare le doyen. De fait, les statistiques, et n’en déplaisent aux promoteurs de la réforme, font état de manques flagrants: la capacité d’accueil est dépassée de 67% pour la faculté de lettres, et de 43% pour celle de droit. A elles seules, ces facultés accueillent plus de 43% des étudiants du pays. Aussi, la pression est forte. Il s’agit, non seulement de veiller au bon déroulement des épreuves, mais de remettre les copies dans les délais, afin d’organiser rapidement les sessions de rattrapage pour les étudiants ayant raté leurs modules. Le même travail est à refaire en matière d’organisation, de convocation des étudiants et d’affectation des surveillants. Pour gagner du temps, et contrairement à d’autres établissements, la fac de droit fait jouer la compensation entre les modules, sauf pour ceux des modules ayant reçu une note éliminatoire, soit 5/20. Les résultats sont donc affichés en bloc et pour tous les modules. Ainsi, l’étudiant y gagne et n’est pas obligé de repasser toutes les matières. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc