×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: L’éclairage public coûte 46 millions de DH

Par L'Economiste | Edition N°:2660 Le 27/11/2007 | Partager

. Lydec exploite les 80.000 points lumineux . L’éclairage public inclus dans les dépenses d’eau et d’électricitéLydec prend provisoirement en charge la gestion de l’éclairage public à Casablanca. Ce dossier épineux n’est pas encore totalement «éclairci» faute de statut définitif de la partie gestionnaire. Le contrat définitif pour la gestion déléguée de l’éclairage est en train d’être revu. Néanmoins, «Lydec assure déjà l’exploitation d’un éclairage public vétuste avec plus de 80.000 points lumineux», explique Bouchra Ghiati, directrice de la communication de Lydec. Au total, 3.000 lampadaires ont été remplacés depuis le début de l’année 2007.Le coût total de la gestion de l’éclairage public s’élève à 46 millions de dirhams et les dépenses d’exploitation sont de l’ordre de 16 millions. Le personnel n’est pas inclus dans ces dépenses puisqu’il s’agit des agents détachés de la Commune. Les investissements pour cette année nécessiteraient une enveloppe d’environ 30 millions de dirhams. Ces investissements sont traités selon le même régime de création d’infrastructure applicable à l’eau et à l’électricité. Ces dépenses sont imputées sur le fonds de travaux que Lydec gère pour le compte de l’autorité délégante. L’ensemble de ces dépenses de fonctionnement du service de l’éclairage public (dépenses d’exploitation et dépenses d’investissements) fait partie des charges d’exploitation des services de l’eau et de l’électricité. «La révision attendue du contrat permettra de définir les recettes réservées exclusivement à l’éclairage», estime Ghiati. Par ailleurs, les responsables de Lydec révèlent que tout est réuni pour l’entrée en vigueur d’un contrat définitif. En effet, Lydec, considéré comme le seul prestataire de service pour l’eau et l’électricité à Casablanca, a déjà entrepris les positionnements géographiques des points lumineux sur son Système d’Information Géographique (SIG). La fin de cette opération est prévue pour janvier 2008. La compagnie a lancé en parallèle une opération de diagnostic des installations. Celle-ci prendra fin en juin 2008. En attendant le statut définitif, les quartiers les moins couverts par l’éclairage public risquent de constituer des refuges pour les truands de Casablanca. Redouane HAJJAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc