×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Casablanca: L’Association pour trisomiques s’agrandit

    Par L'Economiste | Edition N°:1985 Le 24/03/2005 | Partager

    . Après Casablanca et Ben Guerir, une 3e antenne sera ouverte à MarrakechL’Association nationale pour l’intégration des trisomiques 21, est en plein développement. Elle a déjà à son compte une antenne à Ben Guerir. Elle projette d’en ouvrir une autre à Marrakech en septembre prochain. Ses projets ne s’arrêtent pas là. L’association ambitionne également d’étendre sa couverture dans le Sud. «Il n’y a pas une seule région du Maroc où il n’y a pas d’enfants trisomiques. On veut, autant que faire se peut, les faire bénéficier de la prise en charge, de l’éducation et des prestations de l’association», souligne l’équipe dirigeante de cette ONG. Dans cet élan de s’organiser en réseau, les pouvoirs publics sont d’un grand apport. Des partenariats ont été scellés avec l’Entraide nationale, le ministère de la Santé, le secrétaire d’Etat chargé de la Famille, la ville de Casablanca… Dans la province de Kelâat Seraghna par exemple, le gouverneur était pour beaucoup dans l’installation de l’association à Ben Guerir. Dans la ville de Ben Guerir, 45 enfants, garçons et filles, sont déjà en apprentissage dans les salles de l’association. A Casablanca, où l’Association est présente, depuis sa création en 2000, 38 enfants trisomiques sont pris en charge gratuitement. Ils apprennent à dessiner, peindre, créer des figurines en papier, plastic et plâtre. C’est pour les aider à développer leur sens et leur intelligence. Une autre classe est dédiée à l’apprentissage du métier du tapis. On constate également, l’existence d’un atelier pour apprendre la menuiserie.Les enfants bénéficient aussi de visites médicales. La délégation de la Santé de Aïn Chock a mis à la disposition de l’association un médecin pédiatre et un orthophoniste. C’est pour suivre l’état de santé de ces enfants et améliorer leur capacité de s’exprimer et communiquer. Pour leur éviter ainsi qu’à leurs parents les désagréments d’un va-et-vient, l’ONG offre aux enfants une demi-pension gratuitement. Ce n’est qu’à 16 heures qu’ils quittent leurs classes. Le transport assuré par l’association. Fait original: El Khtiyin Aziz, 36 ans, trisomique et ancien élève à l’association, est désormais un aide éducateur. Il participe lui aussi à l’éducation de ses semblables. C’est un des leurs qui les encadre. Ce qui est très bénéfique et d’une charge symbolique énorme. El Khtiyin a aussi un atout: il a appris par cœur des chansons du malhoune, Andalouses, d’Oum Kaltoum, de Farid Al Atrach et bien d’autres. Deux autres personnes trisomiques, une fille et un garçon, se préparent à la fonction d’encadrement. Bien sûr, ces formateurs perçoivent une indemnité qui récompense leurs efforts.

    Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc