×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: L’argent est là, mais pas les projets

Par L'Economiste | Edition N°:2220 Le 23/02/2006 | Partager

. Seulement 10% des dépenses des collectivités locales ont été effectués. Le rythme d’exécution des projets décrié Le Conseil de la région a tenu sa session(1) lundi 20 février, en présence du wali et des gouverneurs des préfectures et des provinces relevant du Grand Casablanca. Cette réunion a été consacrée, pour l’essentiel, à l’examen du compte administratif et à la gestion du budget 2005. Au-delà des chiffres, élus et wali reconnaissent que le rythme de réalisation des projets programmés est très lent.“Mais ce n’est pas une caractéristique de la seule Région. Le Conseil de la ville et celui de la préfecture souffrent également du même problème”, affirme Mohamed Kabbaj, wali du Grand Casablanca. En fait, les dépenses de la Région au titre de 2005 ne représentent que 10% pour la partie fonctionnement, soit près de 12 millions de DH sur un budget de 120 millions de DH. Les caisses se retrouvent ainsi avec un excédent d’un peu moins de 108 millions de DH. Autant dire que 90% du budget n’ont pas été exécutés. Les élus n’étaient pas satisfaits de cet état de choses. “Tous ces projets qui ne se sont pas concrétisés portent atteinte à notre image en tant que représentants de la Région. Il faut nous atteler d’urgence sur les causes du problème”, indique Mohamed Ghouat, conseiller régional.Même son de cloche chez Kamal Dissaoui. Ce conseiller s’interroge également sur les causes qui bloquent la faisabilité des projets. “La Région dispose de suffisamment de recettes lui permettant de réaliser des projets à même de développer la métropole et de rendre service à ses citoyens”, souligne-t-il. Et de se demander sur le sort de “l’Observatoire régional des études” que le bureau de la Région s’est engagé à mettre en place depuis son installation. “C’est inconcevable. La région subventionne les administrations, les associations et d’autres organismes alors que son administration manque des outils les plus élémentaires du travail comme l’Internet et une ligne téléphonique internationale”, confie Rachid El Iraqui, un autre élu. Aujourd’hui, wali et élus ont convenu d’organiser une journée d’étude pour traiter de tous ces problèmes et essayer de chercher des solutions de manière concertée. Et en fin de compte, les élus ont approuvé la gestion du wali au score de 35 voix pour, 1 voix contre et 13 abstentions.


Bras de fer

El Haj Noudir, membre du Conseil de la Région s’interrogeait sur le sort de la subvention que cette dernière a offerte à la Ligue casablancaise de l’athlétisme. Une aide estimée à 1,7 million de DH. Saïd Tadlaoui et Ahmed Taleb respectivement 4e vice-président et secrétaire du Conseil étaient du même avis. “Nous avons demandé au bureau du Conseil de récupérer l’argent public qui était mis à la disposition d’un comité provisoire qui n’a pas la moindre compétence juridique à gérer cette subvention”. Certains ont demandé de saisir la Cour des comptes. Le bras de fer ne fait que commencer.Ali JAFRY-----------------------------------------------------------------------(1) C’est une deuxième séance dans le cadre de la session de janvier qui a tenu sa première réunion le 30 janvier 2006. Mais aucun point n’a été examiné lors de cette première réunion.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc