×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Casablanca: Enquête sur les déplacements urbains

    Par L'Economiste | Edition N°:1718 Le 04/03/2004 | Partager

    . Elle durera 18 mois et concernera 3.500 ménages . Une autre sera réalisée sur les principales entrées de la villeUne enquête sur les déplacements des habitants de Casablanca a été lancée dès lundi dernier dans la métropole. Pas de moins de 100 enquêteurs ont commencé à sillonner les rues de la métropole pour recueillir les attentes des ménages quant à leurs besoins en matière de déplacement. Les résultats de l'enquête serviront de base de données pour l'élaboration d'un plan global des déplacements dans la capitale économique et pour la planification des réseaux routiers et de transport en commun. L'enquête, financée par le Conseil régional du Grand Casablanca, a été confiée au Bureau central pour l'équipement d'Outre-Mer (BCEOM), déjà chargé de l'étude du Plan de déplacements urbain. L'objectif assigné à cette enquête, un peu spéciale, est d'examiner les moyens d'améliorer particulièrement les services de transport en commun et le réseau routier de la région du Grand Casablanca. “Nous sommes en phase d'entrer dans une nouvelle démarche en ce qui concerne les transports en commun et la circulation à Casablanca. Nous avons donc besoin de données fiables sur ces deux questions pour élaborer une stratégie adaptée aux besoins des Casablancais”, souligne le Président du Conseil de la ville, Mohamed Sajid.Dix-huit mois durant, les Casablancais sont ainsi invités à collaborer avec les enquêteurs. Les ménages, auprès de qui sera menée cette enquête, ont été choisis au hasard parmi un échantillon représentatif des résidents à Casablanca et sa région. L'enquête sera réalisée sur des échantillons intéressant cinq types d'habitat (luxe, moderne, en nouvelle médina, en ancienne médina et habitat précaire). Les enquêteurs se présenteront auprès des ménages, du mardi au vendredi entre 18h30 et 21h30. Tous les membres du ménage, âgés de 6 ans et plus, sont intéressés par l'enquête. La durée pour répondre aux questions des enquêteurs ne dépassera pas 20 à 30 minutes. Il est à noter que les questions porteront essentiellement sur les caractéristiques socio-économiques des ménages et concerneront l'origine, la destination et le motif du déplacement d'un point à l'autre. S'agit-il par exemple d'un déplacement entre le lieu de résidence et le lieu de travail, entre le lieu de résidence et le lieu d'activité ou encore de déplacements familiaux, scolaires, de loisirs?Il est à signaler qu'une “enquête cordon” viendra juste après l'enquête auprès des 3.500 ménages choisis. Cette enquête se déroulera sur les principaux axes routiers menant à Casablanca. Elle sera donc réalisée sur les pénétrantes de la métropole de la ville afin de recenser le trafic entrant et sortant de la région du Grand Casablanca. Les conducteurs de tous les types de véhicules (deux roues, voitures légères, autobus, cars, camions et semi-remorques) seront ainsi interrogés par les enquêteurs. Le nombre d'entrées et de sorties dans la région, surtout dans Casablanca, la moyenne de fréquentation de certains axes, les moyens utilisés pour les contourner, l'horaire de leur fréquentation… constitueront le principal de l'enquête.


    PDU

    La problématique de la circulation et du transport en commun à Casablanca s'est posée avec beaucoup d'acuité surtout au cours des dernières années. Des solutions provisoires ont été développées, mais ne tardèrent pas à montrer leurs limites. Les embouteillages aux heures de pointe, et même en dehors, ont fait de Casablanca une ville où il ne fait pas bon circuler. Les solutions intermédiaires pour désengorger le centre ville par exemple se sont essoufflées. Le Plan de déplacements urbain (PDU), s'il est mené jusqu'au bout, permettra une plus grande fluidité du trafic et une meilleure régulation de la circulation. La ville y gagnerait notamment en réduction du taux de pollution.Sur le plan du transport en commun, la réalisation du PDU aura pour première conséquence positive, une meilleure desserte de la ville et de sa périphérie.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc