×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Casablanca en campagne contre la pollution de l’air

Par L'Economiste | Edition N°:2760 Le 21/04/2008 | Partager

. Une opération initiée par la wilaya et l’Environnement . Industrie et transport, principales sources de pollution CASABLANCA veut se défaire de sa réputation de ville polluée. Ainsi, une stratégie est à l’étude, élaborée par les services de la wilaya, en partenariat avec le secrétariat d’Etat chargé de l’Eau et de l’Environnement. Auparavant, il faudra faire une étude -une de plus! - et de répertorier les sources de pollution. «Toutefois, des pistes sont déjà déterminées grâce à des tests préliminaires», souligne Houda Bennis, responsable de communication à la wilaya. En effet, deux secteurs sont pointés du doigt. Il s’agit du transport et de l’industrie. Pour limiter les effets pots d’échappement, la wilaya souhaite favoriser les transports collectifs en site propre pour limiter l’utilisation de la voiture personnelle. Des projets de tramway, Réseau express régional (RER) et métro figurent parmi les priorités de la ville (cf.www.leconomiste.com). Mais pour l’heure, ces projets n’existent que sur le papier. Aussi, la pollution industrielle reste un fléau plus «facile» à combattre grâce à l’utilisation d’hydrocarbures plus écologiques. Leur généralisation est annoncée pour 2009. Certaines entreprises ont commencé à donner l’exemple. Comme la raffinerie Samir, à Mohammédia, qui a mis en place, pour la période 2007-2009, un processus de réduction des émissions atmosphériques. La Samir envisage aussi, avec l’ONE et le groupe Akwa, l’introduction du gaz naturel. En gros, le plan d’action vise la réduction de 30% les émissions atmosphériques, notamment de SO2 (dioxyde de soufre). Pour les déchets solides générés par la Samir, ceux-ci sont collectés et gérés par des permis verts réservés à l’environnement. Quant aux déchets contaminés, ils sont éliminés par incinération localement ou dans des centres spécialisés. Pour une meilleure gestion de ces déchets contaminés, la raffinerie procède à la récupération des boues de pétrole et l’élimination de fuites pour réduire au maximum la génération des terres polluées. En ce qui concerne les autres unités industrielles, la wilaya prépare des conventions de partenariat pour les motiver à installer des systèmes d’auto-contrôle et à se doter de la certification environnementale. Il faut aussi signaler que la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement est aussi partie prenante du programme ‘‘Qualit’Air’’ de lutte contre la pollution de l’air. Plusieurs actions sont préconisées: favoriser l’application de la loi relative au gaz d’échappement de voitures. Il s’agit aussi de former les mécaniciens ainsi que les employés des centres de contrôle technique. Ali JAFRY

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc