×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Casablanca: Des sites historiques à l'abri des spéculateurs

Par L'Economiste | Edition N°:1437 Le 15/01/2003 | Partager

. Au total, 47 sites ont été classés pour les protéger contre toute démolition ou occupation. Ils bénéficient du statut “caractère patrimonial du XXe siècle”. La liste n'est pas encore bouclée et comprendra d'autres lieux Désormais, certains bâtiments et espaces à Casablanca sont intouchables. Ils sont protégés des spéculateurs immobiliers et ne peuvent être démolis. Ces propriétés disposent depuis quelque temps du statut de “caractère patrimonial”. Il s'agit au total de 47 sites (31 à la Commune Sidi Belyout, 7 à la Commune Mers Sultan, 2 à la Commune Bouchentouf, 3 à la Commune d'El Mechouar, 3 à la Commune d'Anfa et 1 à la Commune de Hay Mohammadi). La liste n'est pas encore bouclée. Il peut y avoir d'autres rajouts. “C'est un processus qui vient de démarrer. Nous le poursuivrons afin de sauvegarder tout le patrimoine architectural de Casablanca”, affirme Rachid Alandaloussi, architecte et président de Casa Mémoire (association qui a initié cette action). Le statut confère à ces sites le “caractère patrimonial du XXe siècle”. C'est pour les protéger de toute sorte de menace. Ainsi, ils ne peuvent pas être occupés (pour les espaces), ni démolis. Ils ne peuvent pas faire l'objet de spéculations. Les sites bénéficieront d'un intérêt particulier et d'une affection exceptionnelle. “Quand on classe, ça devient un bijou”, commente le président de Casa Mémoire. Pour lui, l'objectif est de préserver cette richesse architecturale. D'autant plus que le culturel est un levier potentiel du tourisme. Un registre sur lequel les responsables de la wilaya travaillent d'arrache-pied. Ils regrettent profondément la démolition en cascade des joyaux architecturaux pour un but purement mercantiliste. Hôtel Anfa (qui a connu le passage de Churchill et Roosevelt lors de la réunion d'Anfa avec Feu Mohammed V), la Ferme blanche (Ecole technique qui a formé des générations de Marocains), cinéma Vox, villa Moqri, villa Ben Azaraf, Théâtre municipal… sont cités comme exemple. Il était temps de freiner ces destructions en série. «Nous avons mené tout un combat, avec l'appui du wali, pour que des espaces et bâtiments historiques puissent bénéficier du statut “caractère patrimonial du XXe siècle”», note Alandaloussi. Le choix a été fait sur la base d'un livre qui recense une multitude de sites à caractère patrimonial. Le livre s'intitule “Casablanca, mythes et aventures urbaines du XXe siècle”. Il s'agit d'un ouvrage volumineux de 500 pages, réalisé par J. L. Cohen et M. Eleb. A noter que depuis la fin des années 90, des ONG oeuvrent en vue de créer ce label de caractère patrimonial. Mais l'objectif n'a été atteint qu'en 2002. C'est une collaboration entre le ministère de la Culture, la wilaya du Grand Casablanca et l'Agence urbaine, sans oublier l'association Casa Mémoire et l'Ordre des architectes. Ali JAFRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc