×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Casablanca contrariée par le «négativisme des médias»

    Par L'Economiste | Edition N°:2490 Le 22/03/2007 | Partager

    . Les leaders critiquent les critiques!. La Marina? Ça marche!. Le tramway pour 2012LES promesses pleuvent quant au bel avenir de Casablanca. Les décideurs de la ville avaient annoncé, il y a 4 ans, une métropole qui marche sur les pas de Barcelone. Des années après, on n’a pas encore aperçu le bout d’une nouvelle autoroute ou les rails d’un métro. D’ailleurs, les médias se font l’écho des critiques, notamment sur les délais de réalisation des projets annoncés. Parfois même pour dire que la «Vision de Casablanca» en grande métropole internationale «n’est qu’une utopie». Cette image de ville stagnante commence vraisemblablement à gêner les responsables qui ont décidé de mettre le paquet sur la communication pour prouver que «les choses bougent». La conférence d’hier marquait le début de la série de rencontres bimensuelles avec la presse. Le wali, Mohamed Kabbaj, a d’emblée annoncé qu’il n’est plus question d’exposer les plans et programmes de développement de la ville, mais de suivre l’état d’avancement des différents chantiers au fur et à mesure. «La presse a été injuste en disant qu’à Sidi Moumen, par exemple, la situation est la même qu’il y a 5 ans».Aussi, les responsables des différentes entités de la ville ont présenté des exposés d’évaluation. Le wali et le maire, Mohamed Sajid, ont fait le point sur les projets du plan de développement global de Casablanca articulé autour de trois axes. Le premier, social, comporte les programmes de l’INDH et Idmaj Sakan. Le deuxième, économique, porte sur le Plan de développement régional de tourisme (PDRT), la mise à niveau des zones industrielles, le projet Casashore et le pôle aéronautique de Nouaceur. Le troisième concerne l’aménagement autour du plan de déplacement urbain (PDU). Le directeur de l’Agence urbaine, Allal Sekrouhi, est ensuite intervenu sur le développement urbain, le directeur du Centre régional d’investissement (CRI), Hamid Ben Elafdil, sur le plan Casa 2010 (www.leconomiste.com) et Abderrahmane Ifrassen, directeur de Idmaj Sakan, sur la situation du logement. Hormis la présentation détaillée du CRI, les autres interventions ont surtout insisté sur les montages financiers des différents projets avec pour unique précision la mention de projet «entamé» ou «en phase d’étude».Sajid s’est toutefois attardé sur quelques projets longtemps attendus, comme la mise en place de trémies et de ponts dans les zones de trafic noires de Casablanca (voir encadré). Autres chantiers évoqués, le métro et le tramway «auxquels les Casablancais ne croyaient plus, mais qui ont franchi leur première étape de réalisation», a indiqué Sajid. Le dossier a été confié à deux bureaux d’ingénierie spécialisés dans les transports, Semaly pour l’assistance à la maîtrise d’ouvrage et Systra pour la réalisation des études de définition. La Mairie a annoncé l’ouverture de la première ligne de tramway pour 2012. Mais les deux fiertés des décideurs casablancais restent les projets de la Marina et de Casashore, dont les délais de réalisation ont été plus rapides que les prévisions initiales. Les deux projets sont menés par CDG développement, filiale de la Caisse de dépôt et de gestion. Désormais, CDG développement interviendra de plus en plus sur les grands chantiers de la ville. Et ce, suite à la création de «Casa développement» à laquelle elle participe à hauteur de 49% aux côté de la Commune (51%). Cette première société d’économie mixte de Casa est investie d’un capital de 40 millions de DH.


    Les trémies arrivent, promis!

    Deux projets parmi les plus attendus du programme de mise à niveau de la voirie à Casablanca ont été adjugés. Il s’agit des projets de création de trémies dans les croisements des boulevards Zola et la Résistance et Bir Anzarane et Roudani. Les travaux du premier ont déjà commencé et dureront 12 mois. L’enveloppe allouée au projet est de 30 millions de DH. Les travaux du second dureront autant et coûteront 22 millions de DH. Ichrak MOUBSIT

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc