×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Bd El Fida croule sous les ordures

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. Les éboueurs en grève réclament leurs salaires . Ils devaient reprendre le travail hier en début d'après-midi DES tonnes d'ordures ménagères jonchaient, hier encore, le terre-plein central du boulevard El Fida. Les ouvriers chargés du ramassage s'étaient mis en grève une semaine auparavant. C'est un triste aspect que présentait cet axe très fréquenté. Les habitants étaient obligés de venir déposer leurs ordures sur le boulevard en l'absence des camions de ramassage. En fait, le problème s'est posé dans tout Casablanca, mais il l'a été avec plus d'acuité dans certains quartiers plutôt que dans d'autres. A l'origine du problème, il y a une question de règlement des heures supplémentaires effectuées par les éboueurs, notamment pendant Aïd Al Adha. “Il y a eu un retard de quelques jours, certes, mais la situation s'est vite débloquée”, indique le président de l'arrondissement El Fida. “C'est le passage du mode de conseil communal à celui de Conseil d'arrondissement qui a provoqué ce flou”, explique-t-il. En effet, le Conseil d'arrondissement n'est plus chargé, selon les termes de la Charte communale de novembre 2002, du ramassage des ordures ménagères. “C'est un service public qui relève désormais de la seule compétence du Conseil de la ville”, indique un élu du Conseil d'arrondissement d'El Fida. Cet arrondissement a également connu le même problème de grève des éboueurs. Ces derniers n'ont reçu leurs salaires que vendredi dans la nuit et au cours de la matinée de samedi dernier. Sans pour autant reprendre le travail lundi matin. Selon le président de Conseil d'arrondissement d'El Fida, Abdelilah Safadi, les éboueurs devaient reprendre, hier lundi, en début d'après-midi. “Le Conseil a toujours veillé à ce que tout le monde soit payé dans les temps. Seulement, il y a eu un petit problème de retard principalement dû à une question de réception du budget”, souligne-t-il.Non loin du boulevard El Fida, une centaine d'ouvriers organisaient, hier dès 8h30 du matin, un sit-in devant le siège de l'arrondissement de Mers Sultan. Ils “protestaient contre le non-paiement de leurs salaires du mois de février et des indemnités dues au titre de leurs conditions de travail”. Vers midi, le même jour, le chèque était sur le bureau du président du Conseil d'arrondissement. “Il y a eu un retard d'une semaine dans le paiement des émoluments et le ramassage des ordures ne s'est pas fait pendant trois jours”, reconnaît El Haddaoui, président de ce Conseil. Il l'explique par le fait que “c'est le receveur du Conseil de la ville qui doit fournir le chèque”. Mais, ajoute-t-il, “les gens ne comprennent pas qu'il y a maintenant une unicité de la gestion de la ville et que certains services ne sont plus du ressort du Conseil d'arrondissement”. “Une situation à laquelle nous n'étions pas préparés. Il est donc normal qu'il y ait un flottement au cours des premiers mois d'exercice”, commente-t-il. Hier, vers 13 h, les éboueurs devaient se remettre à la tâche. Ils auront des tonnes d'ordures à évacuer. “Le problème du ramassage des ordures ménagères va être définitivement résolu dès l'entrée en service des sociétés adjudicatrices du marché de la gestion déléguée de ce service”, affirme Safadi. Des sociétés qui doivent être, selon le cahier des charges, déjà opérationnelles, du moins pour certaines. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc