×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Cartier Saâda en Bourse
    Un projet industriel pour 27 millions de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:2290 Le 05/06/2006 | Partager

    . Une levée de fonds sur le marché de 22,2 millions de DHLa deuxième introduction en Bourse de cette année a été officiellement présentée la semaine dernière. Le management de la PME agroalimentaire marrakchie, Cartier Saâda et de son conseiller financier Finergy ont livré les détails de leur plan d’investissement. Ils comptent lever 22,2 millions de DH, soit 120.000 actions à 185 DH l’une. La période de souscription est comprise entre les 7 et 9 juin avant la première cotation prévue pour le 21. Finergy ne compte pas en rester là. Elle prévoit d’accompagner de nouvelles PME à la cote avant la fin de cette année. Le syndicat de placement, composé également de Safabourse, a scindé la souscription en deux types d’ordre. Le premier, réservé aux personnes physiques, retient les demandes inférieures ou égales à 3.000 titres. Les institutionnels ont accès à des souscriptions variant entre 3.000 et 15.000 titres dans le deuxième type d’ordre. Au terme de l’opération, les parts des actionnaires actuels descendront à 70% pour accueillir un flottant en Bourse qui représentera 30% du capital. L’activité de Cartier Saâda est concentrée à 95% sur le traitement et l’exportation de trois produits: Les olives, l’abricot et les agrumes (cf. www.leconomiste.com). Elle réalise un chiffre d’affaires de 46,8 millions de DH et un résultat net de 3 millions. De surcroît, la société détient 78% du distributeur d’aliments en conserve (maïs, coeur de palmier…), Zoubairi Distribution. Un opérateur marrakchi qui détient l’exclusivité de plusieurs marques étrangères commercialisées principalement auprès des grandes surfaces. Ses ventes se sont chiffrées à 11 millions de DH entre mars et décembre 2005. La production d’olives dure toute l’année avec un pic enregistré lors des cueillettes. La capacité de stockage se limite à 3.000 tonnes pour un outil de production qui traite jusqu’à 7.000 tonnes. «Nous avons entrepris cette opération pour mettre fin à ce goulet d’étranglement qui bloque le développement de notre activité», explique Hassan Debbagh, directeur général de Cartier Saâda. La société table en effet sur un plan d’investissement de 27 millions de DH entre 2007 et 2009. A terme, elle vise à doubler sa capacité de stockage en se dotant des dispositifs nécessaires pour absorber l’afflux des matières premières. L’outil de production pourra ainsi tourner à plein régime pour améliorer la productivité. Les fonds levés serviront également pour financer les besoins en fonds de roulement requis pour financer les stocks supplémentaires.Avec une capacité de stockage de 6.000 tonnes d’ici 2009, Cartier Saâda ne va plus se cantonner sur ses marchés de référence en France. Elle cherche à investir des débouchés de plus grande ampleur aux Etats-Unis notamment. Elle vise également la Russie, l’Asie, les pays scandinaves et le Moyen-Orient. Plusieurs actions de prospections sont d’ailleurs initiées pour décrocher de nouveaux contrats.N. Sq.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc