Dossiers

Cartes de paiement : Des Marocains exportent leur savoir-faire

Par L'Economiste | Edition N°:175 Le 13/04/1995 | Partager

Des logiciels de cartes de paiement conçus au Maroc sont installés un peu partout dans le monde, de Cuba à Khabarovsk. Parmi les sociétés présentes sur ce marché figurent S2M, M2M et High Tech qui a été récemment créée.


Près de 70% des institutions financières au niveau mondial sont constituées de petites et moyennes banques. Ces dernières représentent la cible principale des exportateurs marocains de logiciels de cartes de paiement.
La première société qui a investi le créneau est la S2M. Elle a été créée en 1983 par le Groupe Cofimag (Compagnie Financière du Maghreb) et Sligos, société française spécialisée en monétique, actionnaire à 49%.
"Son objectif au départ était de répondre à la demande du groupement Interbank composé des quatre principales banques", note M. Driss Sabbahe, directeur général de la société.
La S2M a été chargée d'effectuer tout le traitement des transactions issues des cartes. Elle a alors développé son premier logiciel dans ce secteur et le traitement pour Interbank a démarré en mai 1983.
Le centre de traitement fonctionnait à partir de S2M. En plus, un centre d'appel permettait de traiter les opérations d'autorisation à la demande des commerçants.
En 1988, Interbank a décidé, par mesure de sécurité, de reprendre les traitements à son niveau, car le nombre d'opérations était devenu assez important.

S2M à Cuba

La société Interbank s'est alors équipée et acheté la licence d'utilisation du produit de S2M.
Une partie de l'activité avait alors échappé à la société de monétique.
"Devant cette situation, il fallait trouver un moyen pour continuer d'assurer ce service et développer la société", précise M. Sabbahe.
A cet effet, S2M a créé un logiciel de cartes de paiement n'effectuant plus les traitements "in house", c'est-à-dire à partir de S2M; ce qui permet aux banques d'effectuer leurs traitements dans leurs services centraux.
"Nous avons alors procédé à certaines modifications, et avec l'aide de Sligos, nous avons commencé à prospecter les marché étranger", souligne M. Sabbahe.
La première installation effectuée par S2M a eu lieu à Malte en 1990.
En devenant membre d'un réseau international de paiement, Malte avait été orientée vers les quelques sociétés spécialisées dans la monétique et dont les produits sont certifiés par le réseau.
Le choix s'est alors porté sur S2M à travers son associé Sligos.

A l'époque, les Maltais s'étaient déplacés à Casablanca pour tester le produit. Ils ont été encouragés par les résultats du produit de S2M utilisé par Interbank, et ils ont signé le contrat.
Actuellement, le produit de S2M est présent dans des pays d'Afrique (Tunisie, Egypte, Côte-d'Ivoire, Sénégal et bientôt le Gabon); d'Europe (Chypre, Malte, Pologne, République Tchèque, Luxembourg, Russie) et même à Londres. Au Moyen-Orient, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Koweit et les Emirats Arabes Unis constituent les principales cibles. En Amérique, S2M a réalisé une installation à Cuba.
La prospection de S2M s'effectue aussi bien à travers son associé Sligos que par voie directe.
La partie du chiffre d'affaires générée par les exportations avait représenté 84,5% du chiffre d'affaires global en 1992 et 77% l'année suivante. Cette baisse, note M. Sabbahe, s'explique par la réalisation d'une importante installation au Maroc pour le compte de la BMCE.
En 1994, la société a réalisé la quasi-totalité (95,6%) de son chiffre d'affaires à l'étranger.

La route vers l'Est

Après S2M, c'est M2M qui s'est lancée en 1989 dans le créneau de la monétique. Après des études en électronique en France et un premier travail dans une banque, M. Rédouan Bayed a décidé de s'installer pour son propre compte et de conquérir, de son côté, l'Est de l'Europe.
Passionnante, la route vers l'Est a entraîné l'aventurier à Khabarovsk, la ville de l'extrême Sibérie.
Fortement concurrencé dans les pays anglo-saxons, le produit M2M est présent dans plusieurs pays de l'Est européen, en France, à Monaco et dans certains pays arabes. Sur le marché de l'Est européen, M2M est confrontée surtout à la concurrence germanique. "Sur les pays de l'ex-URSS, 75% des installations sont d'origine M2M", ajoute M. Bayed. Quant il s'agit des pays arabes, la concurrence est principalement maroco-marocaine, est-il noté.
En 1994, M2M a réalisé un chiffre d'affaires de 16 millions de Dirhams dont 60% à l'export.
Plus jeune, une société de raison sociale High Tech Payment System vient de voir le jour en janvier dernier.
Son PDG, M. Mohamed Horani, qui a plusieurs années d'expérience dans le domaine, entend prospecter le marché étranger par le biais de partenaires internationaux et à travers des produits certifiés par des institutions reconnues mondialement. High Tech sera présente à la réunion annuelle de MasterCard pour la région Afrique/Moyen-Orient qui aura lieu à Johannesburg prochainement. Cette société prévoit de réaliser cette année un chiffre d'affaires de 4 à 5 millions de DH dont 70% à l'export.

H.R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc