×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Caricatures: Le Danemark critique la campagne d’Arla Foods

Par L'Economiste | Edition N°:2240 Le 23/03/2006 | Partager

. Le groupe laitier, première victime du boycott des produits danoisLe Premier ministre libéral danois a critiqué, le 21 mars, le groupe laitier dano-suédois Arla Foods qui a lancé une campagne dans les médias arabes. Celle-ci exprimant respect et compréhension pour les millions de consommateurs musulmans offensés par les caricatures de Mahomet.«Je ne veux pas m’immiscer dans la manière dont une société privée souhaite exprimer ses points de vue, mais je suis en désaccord avec Arla Foods», a souligné le Premier ministre danois.Quant au porte-parole du parti libéral au pouvoir, il l’a dénoncée violemment, dans un quotidien danois, affirmant qu’ Arla Foods «a plié genoux de manière pitoyable devant les musulmans. Mes principes de liberté ne sont pas à vendre pour deux litres de lait».Arla Foods est la première victime du boycottage des produits danois dans les pays arabes suite aux vives protestations des musulmans contre la publication de 12 dessins satiriques dans le quotidien danois Jyllands-Posten en septembre dernier.«La société Arla Foods dénonce et rejette les caricatures se moquant du prophète Mahomet et elle refuse toute justification à cet acte», indique l’annonce à l’adresse des consommateurs arabes, publiée sur une pleine page dans 25 journaux arabes.«La justice et le pardon sont parmi les principaux enseignements de l’islam et nous espérons que vous réexaminerez votre position à notre égard», ajoute la société, qui précise qu’elle emploie plus de 1.000 musulmans dans les pays arabes et islamiques.La société avait annoncé en février le lancement d’une campagne pour reconquérir les marchés arabes, qui représentent de 6% à 8% de son chiffre d’affaires total. Le boycottage lui coûte 1,4 million d’euros par jour.Synthèse L’Economiste

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite