×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Carburants: Seconde hausse des prix en trois mois

    Par L'Economiste | Edition N°:631 Le 04/11/1999 | Partager


    · La charge supportée par la Caisse de Compensation est de 265 millions de DH depuis août
    · Le fuel a connu une hausse de 19,7%


    L'augmentation du prix des produits pétroliers intervenue hier constitue la seconde hausse en moins de trois mois. L'essence super est passée de 7,74 à 8 DH le litre. La progression enregistrée est de 3,4%. Pour sa part, l'essence ordinaire est passée de 7,45 à 7,70 DH (+3,4%). Les variations du prix de l'essence super et de l'essence ordinaire restent toutefois inférieures à celles du mois de septembre.
    Ce qui n'est pas le cas des autres produits pétroliers (fuel et gasoil) dont les hausses dépassent celles du mois de septembre. Le prix du gasoil est passé à 5,05 DH contre 4,75 DH. La plus forte hausse a été enregistrée par le fuel industriel (19,7%) dont le prix est passé de 1.788 DH la tonne en septembre à 2.139,90 DH. De son côté, le pétrole lampant affiche une croissance de 5,3%. Le Ministère de l'Energie et des Mines (MEM) indique que ces hausses résultent de l'application de la formule mensuelle d'indexation des prix et ce, sur la base des cotations des produits pétroliers raffinés sur le marché international.
    "Si la stabilité du cours se confirme, aucun autre réajustement des prix du pétrole n'interviendra dans le mois à venir", indique un responsable du MEM.

    Considérations sociales


    L'on rappellera que les hausses intervenues au mois de septembre dernier se sont caractérisées par une intervention de la Caisse de Compensation. Le montant de la subvention de la Caisse s'est élevé à 265 millions de DH. Ce montant correspond à la prise en charge par la Caisse du différentiel des prix du mois d'août et de l'application partielle des hausses du mois de septembre. S'y ajoute la charge de l'augmentation qui devait en principe intervenir au cours du mois d'octobre. Finalement, cette dernière mesure a été abandonnée pour des considérations sociales.
    Auprès du Ministère de l'Energie, l'on assure qu'il n'y a pas eu cette fois-ci de subvention. Si la Caisse de Compensation avait pris en charge les hausses entrées en vigueur depuis hier, la facture se serait alourdie de 120 millions de DH supplémentaires.
    A signaler que les pays de l'OPEP devraient décider en mars prochain si la réduction de la production du pétrole de 2,1 millions de barils par jour serait maintenue. Cette diminution a été à l'origine de la flambée des cours du pétrole.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc