×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Caravane marocaine de l’export
    Les opportunités de l’Afrique de l’Ouest
    De notre envoyé spécial, Bachir THIAM

    Par L'Economiste | Edition N°:3173 Le 18/12/2009 | Partager

    . L’électricité et les TI raflent la mise. Attijariwafa bank sur plusieurs transactions déjà concluesLa caravane marocaine de l’export, qui boucle sa troisième et dernière étape le 19 décembre à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a tenu toutes ses promesses. En attendant d’en savoir un peu plus sur la moisson ivoirienne, les deux premières étapes (Sénégal et Mali du 13 au 17 décembre), ont conforté les 90 opérateurs économiques et officiels du voyage dans leurs choix de prospecter les trois marchés de l’Afrique de l’Ouest sur proposition de Maroc Export.Une dizaine d’affaires ont été négociées à l’issue des rencontres B to B de l’étape du Sénégal. La belle affaire revient aux secteurs de l’électricité et des TI. Ainsi, Imacab, filiale d’Ingelec, a signé un contrat ferme de 300.000 euros pour un projet d’électrification rurale dans le nord du pays. Uniforce Informatique, via sa filiale sénégalaise, Uniforce Sud, a racheté SS2I Sénégal et monté au capital de BDO Sénégal (expert-comptable) à hauteur de 65%. Le directeur support d’Uniforce, Majid Benslimane, confie que BDO va s’installer au Mali début 2010. A Bamako, les rencontres B to B ont été encore beaucoup plus intéressantes, en termes de qualité du panel. La demande était plus structurée et la présentation de l’offre Maroc, déclinée par le ministre du Commerce, Abdellatif Maâzouz, et le DG de Maroc Export, Saâd Benabdellah, plus percutante. C’est en plus en VRP que le ministre a «vendu» les secteurs de la caravane aux opérateurs locaux. Le ministre malien de l’Energie lui a exposé les grands chantiers du pays et soufflé la volonté d’adresser au Maroc une grosse demande de compteurs prépayés. Sur les TI également, les officiels maliens ont répertorié d’énormes besoins, laissant entendre de bonnes affaires. ESD Sécurité, groupe ES Data Maroc, annonce déjà l’ouverture d’une succursale au Mali et finalise la création d’un centre de télésurveillance à Dakar. De son côté, Câbleries du Maroc, via sa filiale sénégalaise, Alliance Energie, a conclu une grosse affaire pour exportation de câbles au Mali. La transaction, dont le montant n’a pas été révélé, est assurée par Attijariwafa bank, via sa filiale Banque Internationale du Mali, dirigée par Youssouf Berrada. Abdeslam Taadi, responsable promotion commerce extérieur chez AWB se frotte également les mains après «les échos positifs, les remontées d’information» recueillis auprès des clients de sa banque, aussi bien du côté des Marocains de la caravane que des opérateurs venus découvrir l’offre Maroc. Une nouvelle le rend particulièrement content: une entreprise sénégalaise dans l’agro-industrie, client d’AWB, va très prochainement s’installer à Marrakech pour le conditionnement des olives. Au-delà de ces belles affaires conclues ici et là, le potentiel des marchés de l’Afrique de l’Ouest demande une meilleure structuration. Ce qui, pour Roland Youssef Mohan, chargé de stratégie marketing chez Tri Atlas Motors, passe par «un partenariat construit sur la qualification marketing et un business de l’intelligence». Car le tout est de trouver «comment faire bénéficier l’Afrique de l’émergence industrielle et technologique marocaine». Autrement dit, comment transformer en essai la mission de Maroc Export.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc