×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Capital investissementLa région Meda, pôle attractif

    Par L'Economiste | Edition N°:2768 Le 02/05/2008 | Partager

    . Mais les PME sont évincées au profit des grands projets.Une croissance «saine et non spéculative»Du Maroc à la Turquie, les partenaires méditerranéens de l’UE ont le vent en poupe. Du moins, pour ce qui est de l’industrie du capital investissement. Ayant levé sur les trois dernières années plus de fonds qu’elle ne l’a fait en 15 ans (entre 1990 et 2004), cette industrie se porte au mieux dans la région. Une santé de fer qui tranche nettement avec la morosité du capital investissement dans le monde. C’est le constat que dresse l’Anima, un groupement d’agences gouvernementales et d’institutions internationales, suite à une enquête sur le capital investissement dans la région Meda (Pays méditerranéens partenaires de l’UE, plus la Libye), présentée récemment à Tunis. Pourtant, si l’on met Israël de côté, il n’y avait pratiquement pas de capital investissement en zone Meda jusqu’en 2000. Moins d’une décennie plus tard, on recense 320 fonds. Et même si Israël s’impose en leader absolu dans la région (57% des fonds recensés et 54% des fonds levés), la croissance profite à tout le monde..Tendance aux méga-fondsLes fonds centrés sur les marchés émergents qui ont été de 59 milliards de dollars en 2007, en augmentation annuelle de 78%, ont pu être captés à hauteur de 5,03 milliards de dollars par les pays de la zone Mena. Et la vapeur n’est pas près de se renverser. Les chiffres donnent le tournis. Cinquante milliards de dollars vont être injectés par la seule région du Moyen-Orient pour couvrir les nouvelles opportunités d’affaires. C’est qu’en contrepartie, de 500 à 3.500 milliards de dollars de dépenses d’investissement seront consentis par la seule région Mena pour satisfaire ses besoins en infrastructures. Qui plus est l’activité de capital investissement dans la zone Meda part sur de bonnes bases. Elle est «relativement saine et pas particulièrement spéculative», note l’étude. La moyenne des capitaux levés par fonds augmente avec une moyenne de taux de rentabilité interne (TRI) de plus de 21%. De même, les investissements sont conduits sur le moyen/ long terme: la durée de vie moyenne des fonds est de 8,9 ans et la durée moyenne d’investissement par projet est de 4,8 ans. Mais tout n’est pas rose pour autant. La tendance actuelle est aux méga-fonds, qui préfèrent financer des projets immobiliers et touristiques plutôt que des PME. Alors même que le capital investissement est «un moyen utile d’accélérer la croissance des entreprises et la production de richesses et d’emplois», selon les auteurs de l’enquête. Et dans le cas de Meda, le principal bénéficiaire demeure l’entreprise. Seulement, les PME, qui prédominent dans la région, s’en trouvent évincées.Celles-ci, tout comme les grosses entreprises, n’arrivent à couvrir que 13% de leurs investissements par le secteur bancaire (contre 70% dans les pays de l’OCDE). Le capital investissement pourrait donc combler un grand vide. Tout contribue pour l’heure à disqualifier les PME. A commencer par un ticket moyen (7,4 millions de dollars) trop élevé pour les PME locales. Que faire pour y remédier? Les auteurs de l’étude préconisent d’augmenter la dotation des PME en fonds propres à renfort d’allégements fiscaux sur les bénéfices. Ou encore d’encourager les fonds au ticket d’investissement réduit.De même est-il proposé de donner une nouvelle impulsion au capital risque. Mobilisant seulement 10% des fonds, en moyenne, ce mode d’investissement reste pour l’heure boudé dans la région Meda.R. H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc