×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Canne à sucre: Le record de l'an dernier sera dépassé

    Par L'Economiste | Edition N°:521 Le 03/06/1999 | Partager

    · Les prouesses sont encore au rendez-vous pour cette campagne

    · Objectif du plan de développement: Atteindre une production de canne de 1,640 million de tonnes à l'horizon 2002-2003


    Avec 1,381 million de tonnes attendues pour 1998/99, la production-record en canne à sucre atteinte l'an dernier serait dépassée de 10%.
    Cette bonne performance, est-il indiqué auprès de l'Office de Mise en Valeur Agricole du Gharb (ORMVAG), permettrait de couvrir 120% de la capacité de traitement des usines Surac des deux périmètres (Gharb et Loukkos) et de produire près de 138.000 tonnes de sucre.
    Pour le traitement de cette production-record dans les délais requis, est-il rappelé, le démarrage de la campagne d'usinage a été avancé de quinze jours par rapport à la saison précédente. Il a ainsi eu lieu le 9 décembre 1998 au Gharb et le 21 du même mois au Loukkos. De plus, afin d'encourager les agriculteurs à la récolte précoce de leur production, la Surac a accordé une prime garantissant aux producteurs un niveau de richesse de sucre (SRT) de 10,5% jusqu'à la fin du mois de février.
    A rappeler que l'année 1998 a constitué un tournant dans l'histoire de la canne à sucre au niveau des périmètres du Gharb et du Loukkos. En effet, la production réalisée a atteint "un record jamais égalé de 1,256 million de tonnes"(1). Pour les experts de l'Office, face à ces résultats, l'avenir de la canne à sucre dans le Gharb et le Loukkos est qualifié de prometteur grâce à plusieurs atouts. Il s'agit notamment de l'extension des superficies irriguées.

    La superficie nouvellement mise en eau, en 1997 et 1998, s'élève à 15.000 ha au Gharb. "Ce qui permettra de porter le potentiel réalisable en canne à sucre à 28.500 ha (23.000 au Gharb et 5.500 au Loukkos) dont 21.000 ha récoltables annuellement". Autre atout, la disponibilité "suffisante" en eau d'irrigation, suite à la mise en service en 1997 du Barrage Al Wahda d'une capacité de 3,8 milliards de m3. Afin d'améliorer les résultats obtenus, les comités techniques régionaux du sucre des périmètres du Gharb et du Loukkos ont élaboré un plan de développement de cette culture s'articulant autour de différents axes: recherche & développement, encadrement et encouragement des producteurs, amélioration des conditions de production, de récolte et de traitement de la canne, entre autres.

    L'objectif affiché par ce plan est d'atteindre à l'horizon 2002-2003 une production de 1,640 million de tonnes. Pour le traitement de cette production (représentant 144% de la capacité actuelle des trois unités de Surac), des actions sont prévues. Elles concernent notamment l'augmentation progressive de la capacité industrielle de 9.500 à 11.400 tonne/jour, à partir de la campagne 2000-2001. S'y ajoute le prolongement de la campagne d'usinage de 180 à 240 jours. Cet allongement, est-il expliqué, est devenu possible par l'adoption par le Comité Technique Régional du Sucre du Gharb d'un réajustement des cycles culturaux de la canne à sucre. "Ce réajustement consiste à conduire la canne vierge sur un cycle de 24 mois pour pouvoir démarrer la récolte en octobre et novembre".

    Meriem OUDGHIRI


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc