×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Cancun: Les propositions européennes

Par L'Economiste | Edition N°:1595 Le 05/09/2003 | Partager

. Une nouvelle baisse de 55% des aides nationales à l'agriculture.... ... et de 36% des tarifs aux importations agricoles Le cycle de Doha est un bon «deal« pour les pays en voie de développement. C'est le message que le commissaire européen au Commerce, Pascal Lamy, ne cesse de marteler à qui veut bien l'entendre. Juste avant son départ à Cancun qui devrait abriter la cinquième Conférence ministérielle de l'OMC du 10 au 14 septembre, Lamy s'est fait un point d'honneur de prendre une dernière fois le pouls des pays en voie de développement. 15 pays dont le Maroc ont été choisis, jeudi 4 septembre, pour un débat en ligne de deux heures.L'UE table en effet sur la réunion ministérielle de Cancun pour faire entrer le processus de négociations dans une phase décisive. Pour bien se préparer au nouveau round, l'UE a pu mobiliser tous les pays en développement pour s'aligner sur sa position face à l'intransigeance des Américains. La réforme de sa politique agricole commune (PAC), notamment par une réduction drastique des subventions accordés aux agriculteurs européens s'inscrit dans cet esprit. L'UE est prête à aller même plus loin. Puisqu'elle propose pour Cancun une révision à la baisse de la mesure globale de soutien , à raison d'une diminution de 55% par rapport aux niveaux fixés dans l'accord du cycle de l'Uruguay sur l'agriculture. L'objectif est d'embarrasser les Etats-Unis qui considèrent que les subventions doivent être maintenues. Le commissaire européen au Commerce pense que l'UE et les Etats-Unis ne vont pas désarmer unilatéralement. Les positions des deux éléphants de l'agriculture doivent cependant converger pour pouvoir aller de l'avant. Mais nous sommes sur la bonne voie a assuré Lamy. Si nous parvenons à faire 50% de la route à Cancun, ce sera une réussite. En tous cas, s'est défendu le commissaire européen, l'UE a adopté une position médiane juste entre les Etats-Unis et le Japon. Les propositions faites dans le programme de Doha seront prises en compte dans les négociations, notamment la nécessité d'un traitement spécifique pour les pays en développement, assure Lamy. Mais c'est un véritable dilemme que de vouloir protéger les intérêts des PVD pour leur assurer un accès meilleur au marché européen et en même temps ceux des pays membres. La voie est de plus en plus ouverte aux exportations des PVD en direction du marché européen. Selon le commissaire européen, des efforts doivent être fournis proportionnellement aux moyens de chaque partie. Ainsi, depuis 1995, par exemple, les exportations des pays comme l'Inde ou le Brésil ont augmenté de plus de 70%. C'est le cas également du Maroc qui assume la présidence du groupe 77. L'UE est globalement le premier importateur de produits agricoles et aussi de loin, le premier débouché des produits originaires des pays en développement. En tous cas, a indiqué Lamy, certains points de discorde seront débattus à Cancun; d'autres pourraient être reportés. L'après-Cancun dépendra des accords qui seront conclus lors des négociations.


Propositions en chiffres

Que propose une nouvelle baisse de 55% des aides nationales à l'agriculture qui faussent le commerce. Selon les estimations, les dernières réformes de la PAC devraient, comparativement à la situation antérieure, se solder par une réduction de quelque 80 milliards de dollars par an des subventions génératrices de distorsions d'échanges. L'UE propose également d'ouvrir les marchés aux importations agricoles en abaissant les tarifs de 36% ainsi que la réduction de 45% de toutes les formes de subventions à l'exportation.Nouredine FASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc