×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    Café vers un nouvel accord international

    Par L'Economiste | Edition N°:35 Le 25/06/1992 | Partager

    Les soixante-douze membres de l'Organisation Internationale du Café (OIC) se sont rencontrés Lundi 22 Juin à Londres pour tenter de soutenir les prix du café.

    Au terme de cette réunion qui se poursuivra jusqu'à demain Vendredi 26 Juin. les pays producteurs et consommateurs de café devraient mettre au point un nouvel accord destiné à réduire l'excédent persistant de la production mondiale et partant, soutenir les cours.

    Depuis la suspension des derniers quotas d'exportation en Juillet 1989, c'est pour la première fois que les producteurs et consommateurs de café essaient de négocier un système de soutien des prix, qui sont actuellement à leur plus bas niveau depuis vingt ans. A Londres, les cours ont regagné près de 8%, après avoir chuté, début Mai, à 670 Dollars la tonne.

    Les cinquante et un pays producteurs, qui se sont réunis préalablement Samedi 20 Juin, se sont déjà mis d'accord le mois dernier "sur le principe de quotas d'exportation englobant l'ensemble du marché mondial, alors que le précédent accord couvrait seulement les ventes de café aux pays membres de l'OIC".
    Ils souhaitent en fait fixer un quota d'exportation global de 62 millions de sacs (un sac pèse 60 kilogrammes) pour la première année. Ce volume est inférieur de 10 millions de sacs à la demande. Les producteurs estiment que c'est le bon chiffre si l'on veut contraindre les consommateurs à utiliser la moitié de leur stock environ.
    Les années de marché libre n'ont pas du tout profité aux pays producteurs. Leurs revenus d'exportation ont en effet chuté à 6,5 milliards de Dollars en 1990-91 contre 14 milliards en 1985-86, année durant laquelle les cours avaient augmenté en réaction à la sécheresse qui avait sévi au Brésil, le premier producteur mondial.
    Selon le chef de la Délégation Brésilienne, M. Clodoaldo Hugueney, la réunion qui est en cours ne sera pas très concluante car "la répartition des quotas d'exportations resterait à déterminer". Pourtant, la semaine dernière, la Fédération européenne du café a exprimé son soutien pour un nouvel accord International.

    Même les Etats-Unis, et plus précisément la puissante association privée de négociants, National Coffee Association, sont prêts à soutenir cet accord si la Colombie lutte contre le trafic de drogue entre les deux pays.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc