×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Café : Discorde sur la politique des prix

Par L'Economiste | Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

LE Brésil vient de proposer aux autres pays latino-américains producteurs de café (Colombie, Guatemala, Costa Rica, Salvador, Nicaragua et Honduras) de diminuer de 20% leurs exportations afin de favoriser une hausse des prix sur le marché international. Réunis trois jours durant à San-Salvador pour créer une confédération destinée à "dynamiser le marché", ces mêmes pays, qui représentent 75% de l'offre mondiale, avaient convenu, le 1er juillet, de baisser de 15% leurs exportations, et ce, dès le mois d'octobre.

Créant la surprise, car d'ordinaire timoré, le Brésil avait renchéri sur cette première proposition. Pour raffermir les cours, il estime qu'il faudrait détruire une bonne partie des stocks.

Les prix du café continuent à baisser. Dans la semaine du 28 juin au 4 juillet, la tonne coûtait 1.322 Dollars contre 1.400 la semaine précédente.

La baisse de 15% initialement prévue n ' aura d ' effets tangibles sur les cours qu'au bout de six mois au minimum, estime un professionnel. Il explique en effet qu'il y a beaucoup de café dans le circuit", les pays consommateurs détenant d'importants stocks. Les Etats-Unis, à titre d'exemple, ont constitué un stock de 2 millions de sacs de café "Colombie". La consommation mensuelle américaine atteignant 300.000 sacs environ, le stock disponible représente donc près de sept mois de consommation.

Il ressort que, pour doper les cours, il faudrait non seulement que les stocks des pays consommateurs soient faibles, voire inexistants, mais aussi que tous les producteurs s'engagent à respecter la baisse de l'offre durant toute la campagne.

De premières réticences ont déjà été exprimées. La Colombie, qui a décidé de ne pas dépasser 13 millions de sacs d'exportations annuelles, maintient en fait le même volume vendu au cours des campagnes précédentes, soit près de 1,1 million de sacs par mois.

Les pays d'Amérique centrale veulent réguler, quant à eux, leurs ventes trimestrielles afin de répartir l'offre tout au long de I 'année". Pour sa part, I le Mexique refuse de s'aligner, puisqu'il a signé des accords préférentiels avec les Etats Unis. En admettant même que tous ces pays, y compris ceux d'Afrique, réduisent leurs exportations, il y a de fortes chances, selon des experts que le marché soit envahi par l'offre asiatique.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc