×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Budget: Paris se pose en défenseur des pays de l’Est

Par L'Economiste | Edition N°:2171 Le 14/12/2005 | Partager

. La France a réussi à reprendre le leadership européenLa France a tiré profit de l’intransigeance de Londres sur le maintien de son rabais au budget européen, qui pénalise les pays de l’Est, pour se poser en défenseur des nouveaux Etats membres et se rapprocher notamment de la Pologne avant le prochain sommet de Bruxelles.«La France, qui semblait isolée il y a encore quelques mois après le non au référendum sur la Constitution européenne du 29 mai, a réussi à reprendre le leadership européen en se faisant l’avocate des intérêts des pays de l’Est», estime l’analyste allemande Susanne Nies, de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).Tancés par le président Jacques Chirac pour leur appui aux Etats-Unis sur l’Irak, les pays postcommunistes d’Europe centrale avaient depuis trois ans largement plébiscité l’action du Premier ministre britannique, Tony Blair.Mais après avoir bloqué en juin un premier compromis budgétaire, Blair, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, s’est attiré les foudres de ces pays en présentant un budget diminué pour 2007-2013, comportant une baisse des aides régionales qui leur étaient destinées tout en sauvegardant la majeure partie du fameux «chèque» britannique.«Les Français se retrouvent maintenant dans une position de soutien des nouveaux Etats membres, alors que les Britanniques sont en position de refus», relève François Heisbourg, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).«Les Français, moins enthousiastes que les Britanniques sur l’élargissement, sont maintenant plus cohérents, en faisant valoir que les nouveaux Etats membres doivent recevoir les aides qui leur sont dues», selon Heisbourg.Devant le rejet de sa proposition, Londres s’est engagée à faire une nouvelle offre avant le Conseil européen de Bruxelles, qui se tienra jeudi 15 et vendredi 16 décembre, tout en prévenant que sa marge était «étroite».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc